Notre esclave sexuelle au Cap d’Agde (9)

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

Notre esclave sexuelle au Cap d’Agde (9)Les amants pervers 4 : notre esclave sexuelle au Cap d’Agde (9ème partie)Je crois que les gars se sont donnĂ© le mot de l’autre cĂ´tĂ© de la cloison. C’est Ă  un vĂ©ritable mur de bites que Manon doit faire face.Elle est Ă  quatre pattes. Greg s’approche d’elle. Il saisit le slip de notre jeune esclave. Un moment je me dis qu’il va l’arracher mais il se contente de le baisser sur ses genoux. Sa verge est tendue, raide comme un tonfa. Il se met en position, se guide de la main. Je vois son gland glisser entre les grandes lèvres humides de cette petite salope.Que Greg la baise ne l’empĂŞche nullement de continuer Ă  sucer. Elle branle le mec, il lui crache son jus au visage, le sperme coule sur son menton. Un autre prend le relai. Manon l’accueille mĂ©caniquement. Elle n’a plus aucun contrĂ´le, elle se comporte comme une poupĂ©e, un instrument du dĂ©sir masculin, rĂ©ceptacle de leur semence. Greg quitte sa chatte, la queue luisante, lubrifiĂ©e de mouille. Il Ă©carte les fesses de Manon, ouvre la voie avec son pouce et, une nouvelle fois, franchit la barrière du sphincter rĂ©tif.Heureusement que Manon a la bouche pleine sans quoi ses cris rameuteraient toute la boĂ®te. Greg s’en fiche, il ne se gĂŞne pas pour lui Ă©clater le cul.Plusieurs mecs lui canlı bahis giclent sur le visage Ă  la suite, pendant que Greg la sodomise.Je finis par me lasser de ce spectacle.-Regarde-toi, dis-je Ă  Manon, tu es couverte de sperme. Va faire un tour aux toilettes et une fois que tu es prĂ©sentable, rejoins nous dans la grande salle.Nous passons par le vestiaire. Je me dĂ©shabille rapidement avant de me chausser de deux grandes cuissardes. Greg m’aide Ă  attacher mon bustier noir. Je porte Ă©galement un string en cuir mais j’ai dans l’idĂ©e que je ne vais pas le garder longtemps.Nous entrons dans le grand salon sur le rythme lourd d’un chant guttural.« Wenn du weinst, geht es mir gutDie Hand deiner Angst, fĂĽttert mein BlutFĂĽhre mich, halte michIch fĂĽhle dich, ich verlass Dich nicht »Le dĂ©cor du grand salon est Ă  la fois très Ă©lĂ©gant et d’un kitch suprĂŞme. Peu de nuances colorĂ©es : murs, plafond, meubles arborent des teintes de rouge et de noir. La faible lueur des nĂ©ons Ă©claire Ă  peine la pièce, Ă  une exception tout de mĂŞme, la petite scène oĂą, parfois, un couple plus hardi vient baiser aux yeux de tous. Pour l’heure, une sorte de trĂ´ne occupe le centre du plateau. C’est un fauteuil Ă  grand dossier, aux montants dĂ©corĂ©s de volutes ouvragĂ©es recouvertes de peinture dorĂ©e. bahis siteleri Les coussins sont en velours rouge Ă  motifs floraux.Pour parfaire l’ambiance, trois filles entièrement nues s’enroulent, en accord avec la musique, langoureusement autour de barres de pole dance.Sur les grands canapĂ©s en skaĂŻ se mĂŞlent les habituĂ©s et les nouveaux venus. Pour faire connaissance, des mains frĂ´lent des cuisses et, quand elles ne sont pas repoussĂ©es, s’enhardissent Ă  caresser les torses, palper les verges Ă©rigĂ©es, les poitrines que l’excitation soulève. Des dos constellĂ©s de sueur ondulent sous la lumière blafarde quand les corps basculent et s’empilent.Greg et moi rejoignons le bar. Nous croisons plusieurs amis et Ă  chacun, je leur glisse le mĂŞme message. Tout Ă  l’heure, je prendrai place sur le trĂ´ne, un cocktail Ă  la main. Je vais retirer mon string, ouvrir les cuisses, dĂ©voiler mon sexe. Les hommes prĂ©sents sont invitĂ©s Ă  me rejoindre. Je les connais pour la plupart mais le concours est ouvert Ă  tous. La seule condition est de me faire une petite dĂ©monstration de leur dextĂ©ritĂ© dans l’art du cunnilingus. En rĂ©compense, l’heureux gagnant pourra user du cul de Manon comme bon lui semble.Quand ma petite chienne revient des toilettes, je la prends dans mes bras et lui dit bahis Ĺźirketleri :-Je veux que tu portes mon empreinte pour la soirĂ©e.J’approche mes lèvres de son Ă©paule nue. Son odeur est douce et enivrante. Je plante mes dents dans sa chair, Ă  la jointure du cou. Elle pousse un petit cri de surprise. Je mords assez fort pour apposer une marque sur sa peau. Elle me laisse un goĂ»t salĂ© sur la langue. Manon ne s’est pas dĂ©tachĂ©e de moi. Nous Ă©changeons un long baiser.En attendant la fin du concours je dois lui trouver une occupation.J’avise trois femmes sur un sofa. Elles exhibent leurs chattes, jambes Ă©cartĂ©es. L’une d’entre elle doit avoir une cinquantaine d’annĂ©es, plutĂ´t ronde. Sous une abondante toison de poils noirs et luisants, elle arbore deux grosses lèvres tombantes et rouges comme de la viande crue. Elle dĂ©gouline de mouille. C’est elle que je choisis en premier. J’ordonne Ă  Manon de la lĂ©cher.Elle se met Ă  genoux. Je devine dans la pĂ©nombre ses doigts qui touchent les nymphes, sa langue qui pĂ©nètre la large fente, explore les multiples plis de ce mollusque spumeux. J’imagine la forte odeur qui lui pique le nez, les humeurs qu’elle aspire dans un bruit de succion obscène. La femme soupire, yeux fermĂ©s, bouche fardĂ©e de rouge entrouverte. Elle est aux anges. Je glisse un dernier conseil Ă  l’oreille de Manon : « quoi qu’elle te demande, obĂ©is ».Merci Ă  LĂ©on pour l’inspiration. Vielen Dank Till, Richard, Paul, Ollie, Doom und Flake de m’accompagner depuis l’adolescence. Je vous aime.

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *