Naissance d’une s….. -2 –

Ben Esra telefonda seni boaltmam ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Aerobic

Naissance d’une s….. -2 -Naissance d’une S….. – 2 -En rentrant chez moi ce soir là, j’eus droit à une scène épouvantable de la part de mon mari.Il voulait absolument savoir ce que j’avais fait et j’eus beau lui dire que j’avais passé le temps dans un bar à réfléchir, il ne me crut pas .Loin de s’excuser de son comportement à mon égard, il voulait que je lui avoues que je l’avais trompé.Devant tant d’insistance , la moutarde me vint au nez :- Puisque tu veux tout savoir, oui ! Tu es cocu. Je me suis envoyée en l’air avec plusieurs mecs ce soir !!- Salope ! dis moi tout . Bizarrement cette situation eut l’air de l’exciter , j’eus furtivement l’impression que son entrejambe se tendait.Je lui racontai alors que je m’étais faite draguer par des jeunes, que deux d’entre eux m’avaient baisée dans les wc d’un bar , que j’avais sucé le 3 ème et qu’à la fin de la soirée j’avais avalé le foutre d’un petit vieux.Je lui donnai force détails , exagérai même le trait tant je me rendis compte de l’effet que mes paroles produisaient sur mon époux.Cette aventure avait l’air tellement extraordinaire pour la prude épouse que j’étais, que je pense qu’il ne me crut pas.Peu importai après tout, la réconciliation eut lieu dans le lit conjugal, ma chatte prenant sa 3 ème bite de la soirée.Et, effectivement, son excitation fut perceptible. Il y avait des lustres que je n’avais pas senti mon cher et tendre aussi raide. Il me prit en levrette, me traitant de grosse pute infidèle .Comme j’acquiesçais, mon légitime prit son pied alors que je le traitais de cocu et je découvris ce soir là le pouvoir des mots .Les quelques jours qui suivirent cette soirée furent pour moi un calvaire. J’essayais de résister à la tentation de téléphoner au bistrot. Je me disais que j’étais folle , que rien bahis firmaları ne bon ne sortirait de cette aventure. Et pourtant ma chatte se liquéfiait chaque fois que je repensais à cette soirée et je n’arrivais à calmer cette excitation qu’en me masturbant et en jouant avec mon gode préféré .Mon mari, de nouveau pris par son métier , ne semblait pas faire attention à moi davantage. Curieusement , j’en avais pris mon parti sachant peut être inconsciemment que je trouverai des compensations ailleurs.Cela ne tarda guère.Il me fallait un prétexte, une petite dispute conjugale, sans gravité ni conséquences me le procura. Dès le lendemain : — Allo ? Bonjour c’est Florence.La voix grave du patron me répondit :— Bonjour Florence , c’est Pierre. Je savais que tu appellerai.J’hésitai , il reprit.— Je t’attends cet après midi. Nous parlerons…Et il raccrocha.A 15 heures, je passai la porte du bistrot. Dès qu’il me vit entrer , Pierre chuchota à l’oreille de sa jeune employée et, de la tête, me fit signe de le suivre derrière le bar. Il me fit entrer dans une arrière salle lui servant apparemment de bureau et de lieu de repos, un canapé et quelques fauteuils entourant une table basse.Il me fit asseoir , s’installa en face de moi et de , but en blanc , me tint des propos qui allaient bouleverser ma vie toute entière :— Je savais que tu reviendrai . Tu es une salope qui s’ignore, une cochonne en devenir. Si tu acceptes, je vais devenir ton initiateur, ton mentor , ton maître sexuel. Je te guiderai, te protègerai. Je t’assure de ma discrétion et du respect de ta vie . Si tu refuses , tu sors et tu ne remets plus jamais les pieds ici.Je n’hésitai pas longtemps . Son discours m’avait bouleversé en même temps qu’excité. — Je suis d’accord. Lâchai je en un souffle, les kaçak iddaa joues rosies par l’émotion.— Bien . Pour sceller notre accord , tu vas venir me sucer comme la chienne que tu es !!Je vins m’agenouiller devant lui , baissai la fermeture éclair de sa braguette et extirpai de son caleçon un sexe déjà à moitié raide. Avec délice je le décalottai et le pris en bouche. Il sentait le savon et j’adorai immédiatement sa bite. Avec application, j’entamai une fellation bien baveuse. Mon mari aimant ses turluttes mouillées , je pensai qu’il en serait de même pour Pierre. Il apprécia et me le fit savoir par un soupir de contentement. Mon bec allait et venait sur sa bite à présent raide à l’extrême. Mes lèvres humides coulissaient sur son gland, ma langue léchait ce sucre d’orge qui ne fondait pas sous mes efforts. Mes cheveux blonds balayaient son pubis chatouillant ses poils coupés court et l’empêchant de me voir à l’oeuvre. De ses mains il les rassembla derrière ma tête et se mit à régler la cadence de la caresses . J’entendis une porte s’ouvrir. Je me raidis, m’interrompis et levai les yeux vers lui.Il me sourit. — Fais moi confiance !!Je m’abandonnai et eut juste un sursaut quand je sentis dans mon dos une présence.Des mains inconnus soulevèrent ma jupe , écartèrent la ficelle de mon string et fouillèrent ma fente.La bite qui s’enfonça ensuite dans mon vagin inondé m’arracha un cri de plaisir et je fermai les yeux quand l’engin entama sa besogne.Ma jouissance, profonde, puissante survint rapidement . Je fus prise de tremblement, mon regard se troubla et le cri de plaisir que je poussai fut assourdi par le sexe de Pierre que j’avais encore en bouche. L’inconnu entre mes jambes n’en avait pas encore terminé et , m’ayant laissé quelques secondes de répit, il reprit kaçak bahis son ouvrage et mon plaisir revint, encore et encore , durant de longs moments.Puis, les mouvements se firent désordonnés et son sexe vint cogner de plus en plus fort au fond de moi. Peu après , je sentis ses mains se crisper sur mes hanches, son engin grossir davantage et ses hanches se caler contre mes fesses. Il eut un petit gémissement de plaisir , resta immobile quelques secondes puis se retira et je l’entendis jeter la capote dans la poubelle voisine.C’est à cet instant que Pierre vint dans ma bouche , son éjaculation me surprit.Deux ou 3 jets puissants me remplirent . Il avait bon gout, je n’en laissai pas perdre une goutte.Mon baiseur s’en était allé sans que je ne sache rien de lui, je restai là à nettoyer de ma langue le chibre de Pierre qui était redevenu mou.J’avais encore des frissons de plaisir qui irradiaient mon bas ventre, mes yeux étaient remplis d’étoiles, je me sentais bien, tout simplement.—Te rends tu compte que ton corps m’appartient ? Me dit il en plongeant ses yeux dans les miens .Je ne répondis pas et il sentit ma gêne. Il reprit:— Ne t’inquiètes pas, je te demande juste de jouer le jeu en dehors de ta vie familiale.Je m’abandonnai .— Dans ce cas , oui, je suis à toi. Il sourit, se pencha et sa bouche vint prendre la mienne.Mes lèvres s’entrouvrirent, sa langue força la barrière de mes dents et se mêla à la mienne.Le pacte fut ainsi scellé.— Déshabille toi ! Je m’exécutai devant lui , sans pudeur. Quand le dernier vêtement fut enlevé, je restai devant lui, gauche, ne sachant quelle attitude adopter.— Mets tes mains sur la tête, écarte les jambes !Ses mains firent connaissance avec mes seins , ses doigts descendirent vers mon entrejambe épilé.Il sembla satisfait de son inspection et me tendis un masque vénitien.— Ton anonymat sera respecté . Maintenant suis moi !Et il me précéda , anxieuse mais excitée dans la salle de bar.— Messieurs, je vous présente ma nouvelle Justine ….

Ben Esra telefonda seni boaltmam ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *