Histoire de corde

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Creampie

Histoire de cordeMon MaĂ®tre m’avait envoyĂ© un colis pas la poste. J’Ă©tais impatiente d’ouvrir l’emballage pour dĂ©couvrir ce qui ce cachait dans la boite. Vous pouvez imaginer ma surprise quand j’ai ouvert le colis et que j’y ai trouvĂ© une longue corde enroulĂ©e au fond de la boite. Je l’ai prise dans mes mains pour mieux l’examiner. Elle Ă©tait blanche immaculĂ©e et très douce au toucher. Il y avait un message Ă©crit sur un bout de papier juste au fond de la boite. J’ai reconnu l’Ă©criture de mon MaĂ®tre. Le message disait :« Ce soir, tu dormiras avec cette corde et tu devras la caresser comme si c’Ă©tait Moi, Je te verrai demain. »Au moment d’aller dormir, j ai emportĂ© la corde avec moi dans mon lit. Je l’ai placĂ©e tout près de moi sur mon oreiller. En la caressant doucement et en la frottant contre mon corps, je pouvais sentir le doux parfum de mon MaĂ®tre dans chaques plis et dans chaques courbes de la corde. J’ai fermĂ© les yeux et je me suis endormie.A mon rĂ©veil, je me suis prĂ©parĂ©e en attendant l’arrivĂ© de mon MaĂ®tre. : j’ai mis quelques gouttes du parfum qu’Il prĂ©fère et j ai frottĂ© mon corps avec de la crème pour que ma peau soit douce au touchĂ©. Je me suis coiffĂ©e et maquillĂ©e.Vers midi, j ai entendu mon MaĂ®tre ouvrir la porte. Il semblait content de me retrouver assise au salon, nue, une main caressant distraitement la corde posĂ©e sur mes genoux, l’autre tenant un livre. Au moment ou Il est entrĂ© dans la pièce, je me suis levĂ© et j ai marchĂ© jusqu’Ă  son fauteuil en tenant toujours la corde dans ma main.-« MaĂ®tre, Vous aimeriez peut-ĂŞtre que je Vous apporte quelque chose a boire ou a manger ? »-« Non, agenouille-toi près de moi et dit moi plutĂ´t ce que tu penses du cadeau que Je t’ai offert »Sans hĂ©siter, je m’agenouille aux pieds de mon MaĂ®tre en baissant les yeux au sol :-« MaĂ®tre, cette corde me fait penser a Vous : elle est un parfait mĂ©lange de douceur et de force, exactement comme toutes les fois ou Vous posez vos mains sur moi, votre touchĂ© est doux et fort. »-« Alors crois-tu pouvoir respecter cette corde autant que tu me respectes Moi-MĂŞme ? »-« Oh oui MaĂ®tre » que je Lui rĂ©ponds doucement.-« Parfait, canlı bahis lève toi et suis-Moi. »J’ai suivi mon MaĂ®tre jusqu’Ă  la chambre en emportant la corde avec moi. Il m’ordonna alors de me placer tout près du lit.MaĂ®tre ouvrit le coffre et sortit quelques objets qu Il dĂ©posa sur le lit près de moi. Il m’ordonna d’Ă©carter mes jambes et fixa chacune de mes chevilles a une barre d’Ă©cartement de façon a ce qu’il me soit impossible de les ramener ensemble. Mon cĹ“ur cognait contre ma poitrine et je sentais mon corps qui tremblait.J’observais chacun de ses gestes : Il pris la corde et l’enroula autour de ma poitrine avec un nĹ“ud directement placĂ© contre mon sternum. Il tira sur la corde pour la descendre sur mon ventre et plaça un second nĹ“ud sur mon clitoris, ce qui me fit gĂ©mir instantanĂ©ment. Je retenais mon souffle, j’Ă©tais très nerveuse car j’avais peur que mes nerfs flanchent malgrĂ© moi. Qu’arriverait-il si j’Ă©tais incapable d’aller jusqu’au bout ?. En aucun cas je ne voulais dĂ©cevoir mon MaĂ®tre.Pour me calmer, j’ai respirĂ© profondĂ©ment, laissant sortir mes peurs a chaque expiration. Mon MaĂ®tre Ă©tait concentrĂ© a placer mĂ©thodiquement d’autres nĹ“uds sur des points stratĂ©giques de mon corps : un dans mes lèvres internes et un sur mon anus. Il se plaça derrière moi et tira sur la corde, forçant ainsi les nĹ“uds a pĂ©nĂ©trer mes orifices. Il enroula très fermement la corde autour de ma taille. Je retenais mon souffle, j’avais l’impression que le temps Ă©tait suspendu. MaĂ®tre tira sur la corde encore plus fort et j’avais l’Ă©trange sensation que la corde allait me scier en deux.J’ai fermĂ© les yeux et pris une autre respiration. Je sentais encore la peur monter en moi. Je me demandais si j’allais avoir la force de transformer la douleur en plaisir, de surmonter mes peurs et de me laisser glisser vers l’extase. J’ai respirĂ© lentement et profondĂ©ment plusieurs fois pour me calmer.Mon MaĂ®tre enroula la corde autour de mon bras gauche, puis autour de mon bras droit, pour ensuite les immobiliser de chaque cotĂ© en serrant de plus en plus fort. Les nĹ“uds apparaissaient comme par enchantement sur mon ventre et dans mon bahis siteleri dos. Mon MaĂ®tre fit passer fermement la corde autour de ma poitrine. Il me regarda un instant. Il souriait comme s’il semblait apprĂ©cier son Ĺ“uvre mais Il n’avait pas encore terminĂ©. Il continua a emprisonner fermement chacun de mes seins et repassa la corde autour de mes avant-bras pour ensuite la nouer solidement derrière mon dos. Je sentais mes mamelons si durs que j’avais l’impression qu’ils allaient exploser. Mes seins Ă©taient gonflĂ©es de sang et je pouvais sentir mon cĹ“ur battre dans chacun d’eux.MaĂ®tre s’est Ă©loignĂ© de moi et s’est assis un instant dans le fauteuil placĂ© dans le coin de la chambre. Il restait la a m’observer. J’Ă©tais seule avec ma corde et cette douleur qui envahissait mon corps. Les nĹ“uds semblaient mordre dans ma chair. Lorsque j’essayais de bouger, la corde brĂ»lait cruellement ma chatte et les liens semblaient se resserrer sans cesse. Le sang circulait rapidement a travers moi en essayant de se frayer un chemin entre la corde et ma chair et cela me rendait consciente de chaque centimètre de mon corps.J’ai pris une longue et profonde respiration. Les morsures de la corde sur ma peau semblaient tout a coup plus douces. Maintenant, mon corps s’abandonnait aux liens indĂ©nouables qui m’emprisonnaient. La brĂ»lure entre mes jambes se transforma en une douce chaleur et rapidement je sentis mon jus se rĂ©pandre sur mes cuisses. Je voulais gĂ©mir mais cette fois ci, gĂ©mir de plaisir. Je mordais mes lèvres afin d’empĂŞcher la plainte de sortir de ma bouche. Je ne voulais surtout pas que mon MaĂ®tre croit que je n’apprĂ©ciais pas mon Ă©tat, bien au contraire. La corde caressait mon clitoris a chaque mouvement de mon corps et faisait monter en moi un violent dĂ©sir. La douleur disparaissait peu a peu laissant la place a une dĂ©licieuse sensation.-« Alors tu sembles apprĂ©cier ton cadeau ? »-« Oh oui MaĂ®tre, vraiment beaucoup » que je lui rĂ©ponds avec un sourire.Mon MaĂ®tre se leva et s’avança vers moi et murmura a mon oreille « couche-toi sur le lit. »J’essayais du mieux possible de m’approcher du lit mais je ne pouvais difficilement bahis Ĺźirketleri marcher ou bouger. Mon cerveau fonctionnait de façon frĂ©nĂ©tique pour trouver une solution.C’est a cet instant que mon MaĂ®tre posa ses mains sur mon ventre et me poussa sur le lit.Il agrippa la barre d’Ă©cartement attachĂ©e a mes chevilles et la fixa aux chaĂ®nes suspendues au plafond de façon a garder mes jambes bien ouvertes au dessus de moi.Mon cĹ“ur battait très fort dans ma poitrine quand mon MaĂ®tre a ouvert le coffre une deuxième fois. J’ai alors entendu la douce musique du flogger lorsque les lanières de cuir fendent l’air, juste avant de s’abattrent sur ma chatte.-« Un autre cadeau pour toi, tu es gâtĂ©e aujourd’hui n’est ce pas ? »Je pouvais a peine rĂ©pondre-« oui maĂ®tre merci, merci MaĂ®tre »Le flogger continuait a rougir ma chair, s’Ă©crasant sur ma chatte, mes cuisses, mon clito, encore et encore, tirant sur les cordes de mon bondage et dĂ©clenchant en moi un violent dĂ©sir.-« MaĂ®tre s’il vous plait… »-« Quoi ? »-« MaĂ®tre s’il vous plait, est-ce que je peux jouir maintenant ? » Que je lui dis en l’Implorant de toutes mes forces !-« Compte encore 10 coups et ensuite tu pourras jouir »-« Oui MaĂ®tre, merci MaĂ®tre »J’ai comptĂ© les 10 coups rapidement, a chaque fois je me sentais de plus en plus proche de jouir. Au dixième, je fut emportĂ© par un sublime orgasme qui traversa mon corps en entier, j’Ă©tais prise de spasmes et de sanglots incontrĂ´lables.-« Merci MaĂ®tre… merci »Mon MaĂ®tre laissa tomber le flogger sur le lit et caressa doucement mon visage. DĂ©licatement, IL dĂ©tacha la barre d’Ă©cartement et m’aida a me lever.Avec beaucoup de prĂ©cautions, Il me libera de mes liens, dĂ©tachant chaque nĹ“ud et retirant le corde doucement. Je senti le sang recommencer Ă  circuler dans mes membres ce qui me fit gĂ©mir.Mon MaĂ®tre me fit prendre une grande respiration avant de retirer le reste de la corde qui pĂ©nĂ©trait entre mes jambes, la douleur Ă©tait si intense que ca me fit crier.Je suis retombĂ©e sur le lit, complètement Ă©puisĂ©e. Je massais doucement ma chatte afin de rĂ©tablir la circulation. Mon MaĂ®tre m’enroula dans une couverture et me pris dans ses bras en s’allongea a mes cotĂ©s et murmura doucement : « je suis très fier de toi, repose-toi maintenant »Je me suis endormie complètement comblĂ©e. Mon MaĂ®tre Ă©tait fier de moi et c’est tout ce qui comptait…

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *