Fantasme de viol

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Footjob

Fantasme de violDĂ©sir de viol simulĂ© Après plusieurs messages Ă©changĂ©s sur un site libertin, nous avions enfin dĂ©cidĂ© de nous rencontrer. J’avais prĂ©cisĂ© que j’aimais les scĂ©narios qui sortaient de l’ordinaire, ĂŞtre dirigĂ©e, soumise, et avouais mĂŞme fantasmer sur un viol simulĂ©. Pour un premier rendez-vous, nous devions simplement nous retrouver Ă  un cafĂ© et faire plus ample connaissance devant un verre . Seule fantaisie Ă  la rencontre, il m’avait demandĂ© de venir habillĂ©e d’une façon particulière : talons hauts, jupe courte, manteau long. Le jour venu, jes me suis rendu au lieu de rendez-vous en respectant les consignes. J’attends et fais le pied de grue, depuis une dixaine de minute, matĂ©e par tous les hommes qui passent. Le salopard, il m’a posĂ© un lapin. Furieuse, je dĂ©cide de rentrer chez moi en le maudissant. ArrivĂ©e chez moi, je dĂ©verrouille ma porte et soudain, un homme que je n’avais pas vu, me met une main sur la bouche, et me plaque contre ma porte. « Doucement ma belle, tout va bien se passer. Tu vas gentiment ouvrir ta porte, sans faire de bruit ! » Toujours une main sur la bouche, il me tord le bras gauche dans le dos. Morte de trouille, j’ouvre ma porte avec ma main libre. LĂ  , il me pousse Ă  l’intĂ©rieur et referme la porte avec son pied. Maintenue très fermement et m’empĂŞchant tout mouvement, il me dit :« Fais tomber tout doucement ton manteau, un bras après l’autre. » J’obĂ©is. A peine ai-je fais tomber le manteau que je me retrouve attachĂ©e par des menottes les mains dans le dos. Une boule en latex vient se fourrer au fond de ma bouche, attachĂ©e dans le coup. Ma tĂŞte tourne. Mon cerveau est en Ă©bulition. Et si c’Ă©tait un scĂ©nario?L’homme me plaque assez brutalement face contre le mur. « Ah, tu voulais du viol simulĂ© ma salope ? Tu vas ĂŞtre servi ! » Mince, l’enfoirĂ©, il avait pris mes confidences au pied de la lettre. Sa main s’infiltre alors sous ma jupe, m’Ă©carte fermement les jambes, remonte et s’attarde sur mon cul. Son autre main malaxe ma chatte Ă  travers mon canlı bahis string et je me met instantanĂ©ment Ă  mouiller. Sa langue parcourt ma nuque et lĂ©che le creux de mon coup. Ses doigts s’infiltre sous la dentelle et investissent mon sexe dĂ©jĂ  humide. « Code rouge si tu veux arrĂŞter salope OK ? Si tu ne dis rien, je vais te violer comme une grosse chienne ! » Tout en parlant ses mains s’Ă©taient montrĂ©es plus ambitieuses, deux me pĂ©nĂ©traient alors qu’un autre frottait mon clito. Prise entre l’Ă©motion, la peur et le dĂ©sir de rĂ©aliser mon fantasme, j’hĂ©sitais Ă  rĂ©pondre. Puis, morte de peur et de honte, je lançais comme un suicide, Ă©touffĂ© par la boule de latex entre mes dents :« Violez-moi Monsieur ! »  A peine avait-je donnĂ© ma rĂ©ponse que l’inconnu me tirait par mes mains menottĂ©es. Je le suivais, tant bien que mal, avec sur mes talons aiguilles, en marche arrière. En entrant dans le salon, je tombais mais l’infâme internaute, continuait Ă  me tirer en me faisant glisser jusqu’au milieu de la pièce. D’un mouvement brusque, il m’arrache mon chemisier, faisant pĂ©ter tous les boutons, et tire ma jupe. Je le vois sortir un couteau et lĂ  j’ai vraiment peur.« Noooon ! PitiĂ© ne’m faite pas de maaaaal !!! »Il me coupe mon beau soutien-gorge et mon string assorti. Je me met Ă  pleurer. Il m’att**** sous un bras et me traĂ®ne jusqu’au canapĂ© oĂą il me jette. AussitĂ´t une violente claque me cingle les fesses me faisant crier. Une seconde et une troisième claque retentissent. Mes fesses me chauffe. Puis il commence Ă  me branler Ă©nergiquement. « Tu dois bien avoir un sex-toy chez toi, salope ? Il est oĂą ? ». Une autre claque sur mes fesses rythme sa question. « Alors ? tu veux pas m’le dire ? Tu prĂ©fères que je te rougisse le cul putain ? »Et, joignant le geste Ă  la parole, vlan, une autre. Claque s’abat sur mes fesses. Je tente entre mes cris et mes sanglots de parler mais ce que je dis est inaudible avec la boule dans ma bouche. « Attention, j’t’enlève la boule, mais au premier cri, j’la bahis siteleri remet et tu dĂ©gusteras !!! » Il dĂ©tache le bâillon. Je reprend ma respiration et mes esprits mais impatient, il me dis :« Alors ! Salope ce sex-toy ? »Honteuse et d’une voix presque inaudible, je chevrote :« Dans le tiroir de ma table de chevet,. »Il me remet immĂ©diatement le bâillon et file dans ma chambre. Je le vois revenir avec mes trois godes.« Et bien ma cochonne, tu ne t’ennuies pas ! Je savais que t’Ă©tais une chaude salope mais au point d’avoir cette collection,,,, ! »Il les examine, les dĂ©taille et les essai dans mes fesses, et ma chatte. Quelle humiliation,,,, !« Bien bien,,,Voyons comment une chienne en chaleur comme toi peut utiliser ces trucs…En voilĂ  un Ă©lectrique qui tourne et vibre quand on l’allume,,, Huuuumm, celui-ci est Ă©norme, dis donc,,,,Rentrerait-il bien dans ton cul ? Non je vais opter pour le troisième avec ses grosses protubĂ©rances. »Il passe l’électrique sur mon clito qui aussitĂ´t me stimule. Puis, il enfonce le gros dans ma chatte ouverte et bien graissĂ©.« Mais c’est que çà rentre tout seul ! T’es un vrai garage Ă  bites salope ! »J’ondule dans tous les sens et je gĂ©mie de plaisir. Mais quand il rentre le troisième dans mon petit trou, je hurle de douleur. CĂ  le fait rigoler mais il continue la pĂ©nĂ©tration monstrueuse jusqu’Ă  la garde. Il commence alors un jeu de piston Ă  deux mains. Après quelques minutes de ce rĂ©gime, il arrĂŞte les va et vient, laissant les 2 engins plantĂ©s dans mes trous. Il dĂ©tache Ă  nouveau le bâillon. ÉpuisĂ©e, seul un râle sort de ma bouche. « T’as du scotch amĂ©ricain ? »Dans un souffle, je lui rĂ©ponds :« Dans le placard de l’entrĂ©e. ». Il va fouiller le placard et après une minutes, revient avec avec son butin. Il en dĂ©roule une large bande et commence Ă  me scotcher le premier gode pour qu’il reste enfoncĂ© dans mon cul. Puis, il retire le gros de ma chatte, allume le vibro et me le fourre Ă  la place en le scotchant lui aussi. Je ne peux m’empĂŞcher d’onduler, bahis Ĺźirketleri et de gĂ©mir sous l’action du phallus Ă©lectrique. Mon violeur se met nu et j’apprĂ©cie ses forme et son dard bien dressĂ© que j’ai hâte de sucer. Il me saisi par les cheveux et m’enfonce alors son chibre dans la bouche.« Tiens, rĂ©gales toi salope ! »Je prend un plaisir Ă©norme Ă  sucer cette belle queue. Ne pouvant m’aider de mes mains, il m’imprime le rythme en guidant ma tĂŞte avec ses mains. A plusieurs reprises, il m’enfonce sa bite de longues secondes au fond de ma gorge puis la retire pleine de bave. Il se retire de ma bouche soudain pour couper au couteau le scotch maintenant le gode dans mon cul. Il le retire et me le donne Ă  sucer. Il se placer derrière et m’enfonce dans mon anus bien ouvert et commence Ă  me chevaucher sauvagement. Sentant sa jouissance venir, il se retire et viens Ă©jaculer sur mon visage et dans ma bouche. J’avale docile et dĂ©gluti avant qu’il ne me rattache la boule dans la bouche. Après son orgasme, il s’assoit par terre et reprend son souffle. Je suis toujours attachĂ©e sur le canapĂ©, un vibro dans la chatte, une boule dans la bouche. J’ai quasiment des orgasmes Ă  rĂ©pĂ©tition et je coule littĂ©ralement. Lui, en me regardant air amusĂ©, se rhabille tranquillement.« Ça t’a plu ma salope ? »«  Oui, beaucoup, mais dĂ©taches moi s’il te plaĂ®t maintenant ! »«  HoulĂ  doucement ma grande, j’ai quelques photos Ă  prendre pour ma collection et diffuser sur le net. Une pute comme toi y faut en faire profiter les copains ! »« Non non, pas çà ! T’as pas le droit ! »« Mais pauvre conne, tu crois que t’es en position pour exiger quoi que ce soit ? »Il me prend en photo sous toute les coutures et tout en Ă©tant rĂ©voltĂ©e, mon corps, lui, jouit.«  Maintenant, je vais te dĂ©tacher. Tu vas compter jusqu’Ă  100 avant de te retourner. »Il me claque une dernière mes fesses offertes, puis dĂ©verrouille les menottes et sort de l’appartement rapidement. Je joue le jeu et compte jusqu’Ă  cent, la trouille au ventre puisque la porte est restĂ©e ouverte et je m’Ă©croule Ă©puisĂ©e sur le canapĂ©. Quand je reprends mes esprits, je vais, après avoir verrouillĂ© la porte, prendre une douche rĂ©paratrice et rĂ©flĂ©chir Ă  la suite des Ă©vĂ©nements.

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *