Chap 11 : Rencontre du 3ème type.

Ben Esra telefonda seni boaltmam ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Babes

Chap 11 : Rencontre du 3ème type.Avez-vous déjà regretté avoir couché avec quelqu’un?Avez- vous déjà eu honte d’une relation, au point de mentir ou de vous taire sur ce qui s’est réellement passé?Le problème est que souvent on regrette une fois que c’est fait…Par exemple lorsqu’il y a tromperie et que ça blesse quelqu’un. On peut regretter ou avoir honte quand ça ne s’est pas bien passé ou qu’on a pas assuré ( ça c’est pour les mecs ).Certaines femmes ont sûrement regretté de s’être offerte trop facilement. Bref, il y a tout un tas de raisons pour lesquelles on aimerait faire machine arrière.Pour ma part, il y a deux épisodes dont je n’étais pas fier.Aujourd’hui, avec le recul, je ne regrette plus rien mais à l’époque…Mon premier regret fut de me réveiller un jour dans le lit de cette Roxanne.Je n’avais pas encore 20 ans et elle âgée de deux ou trois ans de plus.Tout comme moi et mes potes, c’était une habituée de la discothèque. Sa réputation n’était plus à faire, c’était LA grosse pute de la broîte. Tous les samedis, elle se tapait un mec différent. Pourtant, elle était vilaine. Petite brune rondelette, un nez ou un groin, on n’a jamais su. Ses mini-jupes ras-la-moule nous offraient ses jambonneaux potelés. On se demandait comment elle pouvait avoir tant de succès.Elle se faisait tirer dans les toilettes, sur le parking, certains l’ont aperçu se faire doigter sur des banquettes et même sur la piste de danse.Il y avait même une rumeur qui disait qu’elle s’était faite baiser par le patron de l’établissement avec plusieurs videurs. Un gang-bang en fait.Cela faisait plusieurs samedis de suite qu’elle me tournait autour. Mes camarades me chariaient:- Vas-y, elle n’attend que ça, tu lui plais.Et moi je la méprisais:- Mais ça ne va pas, jamais je baiserais avec “ça”Mais voilà, un soir de beuverie, j’ai accepté de danser avec elle. Son immense décolleté m’offrait une sacrée vu sur la moitié de ses seins. J’en ai bander, elle l’a senti et elle a glissé sa main dans mon boxer pendant le slow. Elle m’a embrassé et elle m’a ramené chez elle.Je l’ai baisé (il n’y a pas d’autre mot) comme un malpropre, sans désir, sans sentiment. Je m’en suis servi comme une poupée gonflable, un vide-couilles.Je me revois encore debout sur son lit à poil, ma queue coulissant entre ses grosses mamelles. Je me revois lui tenir la tête, à deux mains fortement, et lui baisé la bouche. Je me revois fourrer sa grosse chatte baveuse, la pilloner comme un hardeur et me finir en giclant sur sa face et ses seins.Bref le lendemain, j’avais honte de m’être taper ce boudin et mes potes n’arrangeaient rien pour me déculpabiliser. Ils me chambraient par message:- Alors, elle était bonne la Roxanne? Putain tu es courageux, comment tu as fait pour te taper “ça”Un autre:- Tu devais vraiment être en manque, j’espère que tu as pensé à prendre des capotes à la mayonnaise pour baiser un thon pareil…Ah les ravages de l’alcool, aujourd’hui on en rigole encore.Mais mon plus gros regret a été de coucher avec Christelle, une vraie folle… Folle de sexe, c’est certain, mais folle dans sa tête également.La rupture avec Laura m’avait quelque peu tourmenté. J’avais oublié mon chagrin dans les bras de Linda, une femme mature, mais j’avais décidé de ne plus ouvrir mon cœur par peur de souffrir à nouveau et parce que j’espérais secrètement retourner avec Laura à son retour. Je ne souhaitais donc aucune relation, mais j’avais un appétit sexuel gargantuesque.J’avais recontacté Anna, une nana avec laquelle nous avions initié notre premier trio. On se voyait 2 ou 3 fois par semaine pour copuler. Marion, la meilleure amie de Laura m’avait relancé, mais je déclinais à chaque fois, j’avais peur que Laura l’apprenne et qu’elle m’en veuille. Surtout qu’elle et moi échangions souvent sur msn, il nous arrivait même de nous masturber mutuellement par webcams interposées.Mais ce soir là, mon coloc Ronan avait invité sa nouvelle petite amie à manger. Il me présenta Claire, une jolie petite blonde qu’il avait rencontré lors d’un concert.Je les ai entendu forniquer et cela m’a donné quelques envies.J’ai regretté ne pas avoir appelé Anna pour me calmer et assouvir ma soif de sexe.J’avais envie de changement, de nouveauté, de découvrir un nouveau corps.Je suis donc retourné sur le tchat, celui sur lequel j’avais rencontré Laura, je n’y étais pas retourné depuis et je peux vous assurer que c’est la dernière fois que j’y suis allé.Je me connecte et précise sous mon pseudo “rencontre sans lendemain” Pendant plus d’une heure, je discute avec plusieurs filles du 44, mes recherches n’aboutissent à rien. Pas facile de trouver un plan cul.J’actualise la page d’accueil, rien de nouveau, juste des nanas qui ne souhaite que dialoguer ou trouver le grand amour. Une nouvelle arrivante: sa présentation: uniquement pour blacks. Décidément je n’ai pas de chance.Les seules qui veulent du sexe sont lesbiennes ou veulent des blacks.Mais j’insiste encore. J’entends une nouvelle fois les deux tourtereaux. Ils pourraient être plus discret, il est à peine 22h, je ne dors pas encore, merde!!!Lorsque je ne m’y attends plus, je reçois un message:- Salut toi…Je regarde le pseudo tout simple ” Christelle “. Rien de plus, pas d’âge, aucune description, aucune photo seulement le département 44. Je réponds:- Bonsoir tu vas bien?- Ça va, mais je me sentirai beaucoup mieux si tu venais me baiser. Putain c’est direct au moins.- Tu es sérieuse ou tu te moques de moi?- Non je suis sincère, j’ai envie d’une queue là, tout de suite, bahis firmaları tu as envie ou pas, dis le moi, je ne suis pas là pour perdre mon temps.- Ok, je suis chaud tu habites où?Elle m’a donné son adresse. Un petit hameau à 20k de Nantes en direction de Bordeaux.- Tu ne pourras pas te tromper, il n’y a que deux maisons, moi je suis à droite. Voila mon tél, appelles-moi quand tu arrives.Il est 22h30, j’ai pris ma bagnole et je suis parti.En chemin, je ressens l’excitation me gagner. N’ayant pas vu à quoi elle ressemble, je me l’imagine. Christelle, je l’espère belle, blonde aux cheveux longs, plus petite que moi, avec de beaux seins, un sexe imberbe, un physique agréable en soi. J’allais vite déchanter.En arrivant dans le lieu-dit, je trouve l’atmosphère assez glauque. Je suis en pleine cambrousse, il y fait nuit noire et face à moi deux vieilles longères, celle de gauche est mitoyenne avec un vieil hangar agricole. Je me dirige vers la longère de droite comme elle me l’a précisé et je me demande si je ne me suis pas fait berner. L’habitation ressemble à une vieille grange abandonnée. Il y a une ouverture sans porte et le rez-de-chaussée est vide, je n’y vois que des poutres.Je me demande ce que je fous là. J’appelle ma future conquête.- Allô Christelle, je suis arrivé, mais c’est étrange, je suis devant la maison de droite comme tu me l’as indiqué, mais ça me semble vide.Une voix douce me répond:- J’habite à l’étage, fais le tour de la maison, il y a un escalier.Je contourne la maison, je grimpe les marches et je frappe à la porte.Lorsqu’elle m’ouvre, je regrette déjà, j’ai envie de faire demi-tour, mais je n’ose pas.Christelle est une armoire à glace. C’est une chubby, elle me dépasse d’une tête et demie et elle est plus large que moi. Des cheveux châtains courts et des grosses lunettes en cul de bouteilles. Elle m’accueille en peignoir:- Salut vas-y entres.Je découvre un petit studio de 30m2 environ, sous les combles. Dans le coin à gauche, une petite kitchenette à l’américaine, au fond en face de moi une porte derrière laquelle se trouve certainement salle de bain et toilettes. Sur ma droite un canapé et une télé, surmontés d’un velux et en plein milieu de cette pièce, un grand lit rond. J’ai l’impression d’être dans un baisodrôme.J’aperçois sur l’évier un gode en train de sécher.- Tu veux boire quelque chose? J’ai de la bière au frais si tu aimes ça.- Une bière, c’est très bien merci.Je m’installe sur le tabouret près de son coin cuisine et nous faisons connaissance. Christelle à 23 ans, célibataire depuis 2 mois. Elle travaille dans l’exploitation agricole de ses parents. Ils élèvent des vaches laitières. Je comprends mieux pourquoi ils vivent en pleine campagne.Ses parents, ce sont les voisins, cette ancienne grange ne leur servant plus à rien, ils ont rénovés l’étage en studio pour qu’elle puisse avoir son indépendance et son intimité.Elle n’arrête pas de me dévisager, elle m’intimide, m’impressionne par sa carrure.- Tu es très mignon, tu me plais beaucoup. Aussi directe que sur le tchat, elle me demande:- Et moi je te plais?- Et bien euh… Pour être franc pas vraiment.Elle défait la ceinture de son peignoir et l’ouvre entièrement:- Et comme ça, tu préfères? Je suis médusé en voyant qu’elle ne porte qu’une combinaison en résille. Je bande immédiatement. Elle a d’énormes seins qui pendent. Elle les soupèse et les remue de haut en bas:- Alors? Tu n’as pas envie de jouer avec mes grosses mamelles?- Bah écoutes, on va dire que je n’ai pas fait la route pour venir boire une bière. Mais, Whaou, la vache, tu as vraiment de beaux gros lolos, tu fais du combien? – 110 D mon biquet, tu as envie de me baiser sauvagement maintenant?- Oui carrément.- Tant mieux, je veux que ce soit hard, je me suis défrichée la motte ce matin et depuis je suis chaude comme une cafetière. Tu vois le concombre sur la table?- Oui- Je me suis branlée avec pour me calmer ce matin.En l’écoutant utiliser ces genres d’expressions, j’ai envie de rire, je n’avais jamais rencontré de femme qui parle ainsi et qui soit si cash. Elle continue:- J’aime les gros calibres, j’aimes les grosses bites, j’aimes les grosses couilles pleines de jus, j’espère que tu as ce qu’il faut dans le slip.Je balbutie:- Bah euh…c’est à dire que… Enfin j’ai pas un concombre entre les cuisses non plus.Elle est autoritaire et me fait presque peur lorsqu’elle s’avance vers moi:- Baisses ton froc et montres-moi le matosJe m’exécute et lui tend ma verge érigée.- C’est pas mal, ça devrait faire l’affaire, en plus elle est toute lisse, ce sera meilleur pour te sucer.Pendant que je retire le haut, sa main vient tapoter mes bourses et elle constate avec un grand sourire:- Hum, elles ont l’air bien remplies, tu vas pouvoir m’en mettre partout.Je n’en reviens pas de sa façon d’agir, de sa manière de parler.- Tu as l’air d’être une grosse coquine…- Oui quand je suis dans cet état de manque et d’excitation, je suis une grosse cochonne sans tabou, je suis une dépravée, une salope, une pute. Mais arrêtons de parler, passons aux choses sérieuses, mets-toi à quatre pattes sur le lit…- Pourquoi à quatre pattes?- Fais ce que je te dis, je vais te traire la bite.J’obéis docilement en lui laissant jouer son rôle de dominante.Les jambes écartées, les genoux au bord du lit, je sens sa présence derrière moi. Elle écarte mes fesses et entame un prodigieux anulingus.- Tu n’as pas l’air surpris, on t’a déjà fait ça?- Oui et je t’avoue que j’adore ça, c’est une sensation très agréable.- Tu commences kaçak iddaa à me plaire toi, tu aimerais que je t’encule après?- Alors là non pas du tout, la langue ça suffit. Et si tu tentes quoi que ce soit je me casse c’est clair?- Ok, t’énerve pas c’était juste une question.Elle a repris sa partition en se délectant de mon fondement. Puis elle a saisi mon pénis très fermement, me faisant presque mal et tout en se goinfrant de mon cul, elle me branle rapidement. Je pousse mes premiers soupirs. Elle s’assoit par terre, adossée au lit, elle penche la tête en arrière et me prend en bouche. Elle me pompe goulûment, elle y prend beaucoup de plaisir:- Hum, elle est bonne, j’adore sucer des bites, je voudrais en sucer plusieurs en même temps.Elle me suce de plus belle, je sens mon gland totalement ensalivé.Elle me serre les couilles à la garde. Elle les lèche, les gobe, les aspire. Certes, elle n’est pas très belle, mais elle sait y faire pour m’exciter. Elle l’est aussi, elle tire la langue et frotte mes bonbons sur celle-ci. Elle me reprend en bouche avec plus d’énergie, mes bourses se heurtent sur son menton à chaque va-et-vient. J’ai des spasmes le long de la queue:- Oh putain, ça vient aarrgh!!!Elle me sort de sa bouche et me branle au dessus de son visage.- Oui vas-y gicles-moi sur la gueule, oui comme ça, arroses-moi.En me retournant, je la vois couverte de sperme, sur les joues, le nez, la bouche, elle retire ses lunettes et lèche les carreaux.Elle se lève, prend un mouchoir pour s’essuyer le visage, elle boit un verre d’eau- Et ben mon salaud, tu avais sacrément envie, j’espère qu’il t’en reste encore.- Ne t’inquiètes pas j’ai de la ressource.- C’est ce qu’on va voir, viens me bouffer la chatte, c’est à mon tour.Assise sur le tabouret, jambes écartées, elle déchire sa combinaison sexy au niveau de son entrejambe. Je m’agenouille et ma langue vient goûter sa grosse moule détrempée. Je la lape en faisant des huit, mon majeur vient se joindre à la partie entrant et disparaissant dans son vagin lubrifié. Ma pointe titille sa friandise proéminente, cela la rend folle. Tel hulk, elle arrache son body entièrement, libérant ses gros seins qu’elle pétrit avec rage:- Ouh, je suis en chaleur, je n’en peux plus, j’ai envie de me faire baiser, que tu me prennes par tous les trous.Elle s’allonge sur le lit, sur le dos et jambes ouvertes:- Excites-moi, branles-toi pour moi, je veux voir ta queue bien dure.Debout devant elle je me paluche en la regardant caresser son clitoris et se doigter vigoureusement. Elle se tête les seins pleine de lubricité:- Viens me tapoter la chatte avec ta belle saucisse.Je me cale entre ses cuisses et je claque mon gland sur sa fente, sur ses lèvres, faisant éclabousser sa cyprine.- Tu aimes comme ça?Elle gémit:- Hum, oui c’est bon, j’adore,fais glisser ton andouillette entre mes escalopes.Je frotte mon sexe contre le sien en malaxant ses obus. Elle est très directive et je ne sais pas pourquoi, mais elle m’excite de plus en plus. Son langage fleuri peut être….Elle enchaîne:- Viens, mets-la moi, fait moi couiner comme une grosse truie.Je la pénètre lentement. Débute alors le processus de fornication. Mes va-et-vient sont longs et profonds, je râle et elle continue ses élucubrations très imagées:- Oh oui, je la sens bien, vas-y plus vite, démontes-moi le nénuphar…J’accélère la cadence en me mordant la lèvre pour ne pas éclater de rire.Nous pratiquons la bête à deux dos, j’embrasse ses seins, je mordille ses tétines.Elle soupire nerveusement.- Il y a un problème?- Tu es à fond là?- Euh…pas encore – Bah qu’est ce que tu attends connard, baises-moi franchement. Je veux que tu me fasses jouir comme une dingue. Et insultes-moi de tous les noms, ça me fait mouiller comme une chienne. Je la saisis par les hanches et je lui donne un grand coup de bassin, puis un autre et un autre, de plus en plus vite faisant claquer mon bas ventre contre le sien:- C’est ça que tu veux, c’est comme ça que tu veux que je te baise sale poufiasse.- Oui, là, c’est bon j’adore, vas-y bourres-moi l’oignon.Je la martèle de toutes mes forces faisant gigoter sa petite bedaine. Je l’insulte par tout ce qui me passe par la tête: – Tiens, prends ça grosse vache, t’aimes la queue salope, espèce de garage à bites. Elle devient hystérique et crie son plaisir:- Oui je jouis, continue gros bâtard, défonces-moi, farcis-moi comme une grosse dinde.Je la lime encore, je sens que je vais éjaculer.- Je vais te remplir la chatte, citerne à foutre- Non, viens te finir sur mes nibards.Je m’astique au dessus d’elle et je me soulage sur sa généreuse poitrine.Je suis oxi, épuisé, je transpire à grosses gouttes, mais cette grosse tarée n’en a pas fini avec moi. Elle me demande d’écraser ses seins avec mes pieds et d’y étaler mon liquide.J’obtempère ne comprenant pas trop son délire.Elle désire ensuite me lécher les pieds, je me laisse faire. Je m’allonge sur le dos et je sens passer sa langue sous ma plante de pieds, entre mes orteils qu’elle suce ensuite un par un.Je pouffe de rire en me disant qu’elle est complètement malade cette meuf.- Ca te chatouille?- Oui, oui c’est ça…en me moquant d’elle.Elle remonte entre mes cuisses et me prend en bouche, elle aspire mon gland pour le nettoyer.La queue molle, je lui dis:- Tu as l’air d’aimer ça, tu es gourmande de sperme.- Oui j’adore ça et j’en veux encore me répond-t-elle d’un regard salace.- Houlà doucement, laisses-moi un peu de répit s’il te plaît.Elle est à califourchon sur moi et me regarde déçue:- kaçak bahis Tu n’as plus envie?- C’est pas ça, mais laisses-moi respirer 5 min- Mais je te veux tout de suite, pour une fois que je tombe sur un beau gosse qui me fait planer, je veux en profiter.- Ok, mais on a le temps non?Elle se penche au dessus de moi, ses seins à hauteur de ma tête et elle les fait balancer de gauche à droite me mettant des petits coups de nichons dans le visage.- Alors mon gars, ça ne te fais pas envie çaJe plaisante:- Doucement, tu vas finir par m’assommer avec tes grosses pastèques. Elle éclate de rire.- Bon d’accord je me calme, mais après tu me fais la totale.Nous buvons une bière et fumons une cigarette. Je l’interroge:- Tu parles toujours comme ça pendant le sexe?- Oui, ça me stimule, j’aime être vulgaire, être insultée ça te choque?- Non, mais c’est bizarre d’entendre ce genre d’expression.- C’est terriblement excitant je trouve pas toi?- Si j’avoue, au départ j’ai eu du mal à me lâcher, mais tu as réussi à me transporter dans ton délire.- Tu as aimé m’obéir, suivre mes ordres?Honteusement je lui réponds oui.Au fond de moi j’ai honte c’est vrai. Honte car elle n’est pas très charmante mais c’est une bête de sexe.Le soucis, c’est qu’après ce qu’on vient de faire, elle pense qu’elle me plaît, que je vais revenir la voir alors que je suis là uniquement pour m’éclater le temps d’une soirée, par besoin de sexe simplement. Elle me fait comprendre qu’elle espère plus qu’une nuit.- Tu verras, quand on se connaîtra, on pourra faire pleins de jeux coquins.- Lesquels par exemple?- On pourrait se déguiser ou se filmer.- C’est tes fantasmes?- Oui, mais mon plus gros fantasme serait qu’on me peinture en vache noire et blanche genre bodypainting et qu’un mec me tête les seins comme si c’était des pis et ensuite qu’il me prenne avec sa bite énorme comme un taureau.J’évite de rire en pensant qu’elle est vraiment folle.- T’aurais pas un petit côté zoophile?- Non, mais je t’avoue que j’ai déjà été excitée en voyant une bite de cheval en érection. Rien que d’y penser, j’ai la moule qui coule.Elle s’empare de son gode rose nervuré et le suce, le fait glisser entre ses seins.- Tu veux que je te montre comment je me masturbe avec?- Vas-y amuses-toi.Elle s’allonge sur le lit, s’écartèle sans complexe et elle s’enfonce le tube en latex. Je l’observe se faire du bien, ma queue se gonfle et double de volume devant ses agissements. Elle lèche ses auréoles et aspire ses mamelons en se godant de plus en plus vite. Elle se retourne et se fait jouir à quatre pattes. Elle appuie sur l’extrémité de sa fesse, ce qui a pour effet de la séparer de l’autre et me permet de visualiser ses deux orifices béants.Instinctivement, ma main coulisse le long de mon phallus, ce spectacle obscène qu’elle me propose m’électrise. Elle se donne la fessée et se titille l’anus.Elle me regarde entre ses jambes:- Tu branles ta petite nouille mon salaud, ça t’excite de voir une salope comme moi…- Tu vas voir si elle est petite quand je vais te la mettre dans le fion pétasse.- Oh oui, viens petit pédé, éclates-moi la rondelle. Je suis surexcité, totalement dévergondé, je m’attends à des citations encore plus grossières, encore plus trash. Je pointe mon nœud à l’entrée de son cratère, je pousse doucement, ça rentre comme dans du beurre. Je grogne de plaisir coincé entre ses fesses. Elle chante des “Oh”, “Ah”, “Han”.Je lui donne quelques fessées, elle souhaite plus:- Frappes plus fort, claques-moi le jarret.J’extériorise ma jouissance:- Hum c’est bon de t’enculer grosse morue.Elle continue de se masturber avec son morceau de plastique et me récite bruyamment ses extraits favoris:- Déchires-moi le trou de balle, continues, plus fort, casses-moi le cul, j’aime ça, encore, ramones-moi la broîte à caca.Je souris en me disant que cette nana est complètement cinglée.Mais je la sodomise encore et encore et une vague de chaleur m’envahit. Elle sait que je vais jouir, elle se cambre en avant, écarte ses fesses au maximum, le gode tient tout seul dans son puits à plaisir et je remplis son trou de sauce blanche par de puissants jets.Épuisée tout comme moi, elle s’affale sur le ventre m’entraînant avec elle dans les méandres de l’extase.Après ça, elle a voulu que je dorme avec elle, j’ai prétexté que je devais me lever tôt.- On se revoit quand alors?- Franchement, je ne sais pas, pour moi ce n’était qu’un coup d’un soir, je pensais que pour toi aussi.- Oui, mais vu que c’était bien, je voudrais bien recommencer.- On verra, j’ai ton numéro, si j’ai envie je t’appelle, on fait comme ça?Sur la route du retour, je me pose beaucoup de questions.J’ai honte d’avoir craqué sur une fille qui ne me plaisait pas.Vous me direz, un trou c’est un trou et une bite n’a pas d’œil, mais tout de même…je culpabilise me demandant si je ne suis pas un malade du sexe, un obsédé, prêt à tout pour satisfaire ses besoins. En tout cas, c’est ce que je pensais à 22 ans.Ce n’est que quelques années plus tard, en écoutant les émissions de Brigitte Lahaie à la radio, que j’ai compris qu’il fallait m’assumer tel que je suis et prendre du plaisir là où il y en avait.J’ai pris du plaisir avec Christelle, beaucoup moins lorsqu’elle m’a harcelé au téléphone pendant des semaines. Elle m’appelait régulièrement, je ne répondais jamais. C’était bien une fois, mais je pouvais trouver mieux surtout physiquement. Je me souviens des messages qu’elle me laissait sur mon répondeur en m’insultant de tous les noms, mais là ce n’était pas pour augmenter son excitation. Elle m’appelait même la nuit, elle voulait me casser la gueule, me couper la bite…quand je vous disais que c’était une tarée.J’ai fini par changer de numéro et j’ai arrêté les rencontres sur Internet.Fin.

Ben Esra telefonda seni boaltmam ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *