A la villa

Ben Esra telefonda seni boțaltmamę ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Anal

A la villaEtĂ© 2003, ma sƓur Laetitia accompagnĂ©e de deux de ses copines , Oriane et OcĂ©ane se retrouvent un peu contrainte de m’embarquer avec elle pour leur vacances parce que mes parents on dĂ©cidĂ©s de rallonger leurs vacances .Elles ont 24, 23 et 28 ans et moi je suis encore un ado . Elles Ă©taient toutes les trois serveuses dans un Resto de plage pour la saison d’Ă©tĂ© et moi j’y Ă©tais plongeur . Un groupe de client fidĂšle les avaient invitĂ©es ainsi que deux autres serveurs (Nabil et Nicolas ) Ă  passer une semaine dans leur villa de bord de mer . Je n’Ă©tais pas prĂ©vu Ă  la base mais ma sƓur c’Ă©tait arrangĂ©e un peu Ă  contre cƓur . Nous sommes arrivĂ©s Ă  l’apĂ©ro et sans dĂ©charger la voiture nous fĂ»mes invitĂ© Ă  nous assoir sur la terrasse au bord de la piscine . Seuls les propriĂ©taires des lieux Ă©taient prĂ©sents ainsi qu’un couple de leur amis proches et Nabil et Nicolas qui Ă©taient dĂ©jĂ  installĂ© . Les propriĂ©taires se prĂ©sentĂšrent , Sarah , la quarantaine bien conservĂ©e se prĂ©senta comme la femme de Bruno quarantenaire bien bĂątit . Elle revenait de la cuisine accompagnĂ©e de Gwen , trĂšs complice , une jolie jeune femme trĂšs joyeuse qui nous prĂ©senta Ă  son tour son concubin Guillaume , frĂšre cadet de Bruno . Un grand mec sec au torse trĂšs poilu . Puis dĂ©barquĂšrent dans un fou rire Laurent et Pedro , jeunes trentenaires et amis d’enfance des deux frĂšres , les bras chargĂ©s de pinard. Je fus prĂ©sentĂ© moi aussi comme le petit frĂšre de Laetitia et fut chariĂ© pour ma timiditĂ© . C’est vrai que j’avais du mal Ă  me mettre Ă  l’aise parois toutes ces personnes bien plus ĂągĂ©es . Je n’Ă©tais pas au bout de mes peines car arrivaient maintenant Nadia une sublime nana qui fĂȘtera demain ses 20ans , j’ai cru tombĂ© amoureux quand je l’ai vu puis j’ai aperçut Fabrice son mec , plus vieux , baraquĂ© et DJ de profession …. Pour couronner le tout elle est aussi la petite sƓur de Nabil , possessif comme pas deux . L’apĂ©ro puis le repas se passe plutĂŽt bien , je mange bien et les gens me parle et s’intĂ©resse Ă  moi malgrĂ© ma timiditĂ© puis les plus vieux partent Ă  la sieste , d’autre ont des choses Ă  faire alors que je me retrouve embarquĂ© Ă  la plage avec Nabil et Nicolas . Bel aprĂšs midi , eux fument de l’herbe et accostent toutes les gonzesses qui passent en rigolant Ă  longueur de temps tandis que je reste plus en retrait en profitant du soleil . Leurs tentatives de me dĂ©coincer restent vaines alors ils n’insistent pas . À notre retour une chambre m’a Ă©tĂ© attribuĂ© , celle de Nabil et Nicolas … Je ne suis pas sĂ»r qu’ils apprĂ©cient la nouvelle plus que ça mais apparement pas d’autre choix … Eux se partageront le grand lit tandis que je dormirais au pied de ce dernier sur un matelas gonflable . J’essaye de trouver un semblant d’organisation pour mes affaires dans cette chambre surpeuplĂ© quand Laetitia me rĂ©quisitionne en cuisine avec Gwen et Oriane pour les prĂ©paratifs du repas du soir . S’occuper des salades, des amuses bouches , du couvert tandis que Bruno crie au scandale de voir un jeune homme en cuisine et tente de me tirer de lĂ . Ma sƓur s’y oppose prĂ©textant le manque de main-d’oeuvre . Je prends sa dĂ©fense et assure Ă  Bruno que ça ne me dĂ©range pas . Il tourna les talons sans rien dire et je redoutais des ce moment de l’avoir vexĂ©. Nous avons commencĂ© l’apĂ©ro Ă  19h pour finir par un thĂ© a la menthe et quelques cigarettes parfumĂ©es du jardin vers 23h … Je me sentais vraiment bien entourĂ© de ses gens , je pu observĂ© que Bruno ne me tenais pas rigueur de l’incident bahis firmaları de tantĂŽt et ça me rassura . Une des cigarettes vint Ă  moi et je me laissai allĂ© pour la premiĂšre fois de ma vie Ă  quelques taffes , j’ai cru me ma sƓur allait me tuer mais elle fut rĂ©sonnĂ©e par l’assistance . L’effet de la substance me fut bĂ©nĂ©fique alors que tous Ă©taient d’accord pour aller Ă  une soirĂ©e sur la plage Ă  deux pas ( nous pouvions entendre la musique de la terrasse) .Quelles soirĂ©e ! Des bombes partout du son trop bon ! On a dansĂ© , on a rit , je me suis pris somme de rĂąteau mais tanpis ! SoirĂ©e gĂ©niale sous l’effet stupĂ©fiant et alcoolique tant et si bien que les forces me manquaient , je prĂ©vint donc Laeti que je rentrais dormir . Elle demanda Ă  Oriane de m’accompagner et d’en profiter pour un petit ravitaillement . Nous partĂźmes Ă  pieds pour dix minutes de marche afin de retrouver la villa . J’en profitais pour lui demander que signifiait ce “ravitaillement” et elle me rĂ©pondit que tous manquaient de feuilles Ă  rouler … A la lumiĂšre des rĂ©verbĂšres , Oriane Ă©tait magnifique dans sa robe moulante hyper courte , elle avait remis ses hauts talons une fois sortit du sable de la plage et je la voyait pomper sa clope de ses lĂšvres magnifiques … Je n’avais aucune chance avec elle , j’en Ă©tais persuadĂ© … Elle interrompit mes songes en me demandant se que j’avais Ă  la fixer comme ca et je lui rĂ©pondit trĂšs naturellement qu’elle Ă©tait juste jolie . Elle me parue un peu touchĂ©e , un peu gĂȘnĂ©e et me remercia de ma gentillesse . J’oubliais toute tentative d’approche et me mis Ă  ralentir le pas pour pouvoir la mater tranquillement et retourner Ă  mes fantasmes . Je devais ĂȘtre trĂšs indiscret car elle me fit remarquer que son cul aussi Ă©tait joli au derniĂšres nouvelles , je tressaillĂźt et prĂ©texta la fatigue pour ma faiblesse . Elle m’indiqua qu’elle ne m’en tiendrait pas rigueur , que c’Ă©tait normal pour mon Ăąge … (L’art et la maniĂšre de me briser)On arrivait Ă  la villa et nous nous mimes en recherche des feuilles Ă  rouler , difficile de trouver le dernier paquet de feuilles Ă©tant donner que nous ne connaissions pas les lieux et que nous faisions tout notre possible pour ne pas rĂ©veiller les plus anciens qui dormaient dĂ©jĂ  . Je dĂ©cidais de laisser Oriane chercher et d’aller prendre l’air du cĂŽtĂ© du bar de la terrasse et bingo ! Tout l’attirail du petit rouleur posĂ© en vrac sur le bar ! Je dĂ©cidais de laisser Oriane galĂšrer un peu dans ses recherches tandis que je servi deux verres de vin qui restait du repas et l’attendis en m’essayant au roulage . Quelques instants plus tard je la vis apparaĂźtre dĂ©pitĂ©e Ă  la baie vitrĂ©e …”Qu’est-ce tu fou ?- J’ai trouvĂ© ! Alors j’en roule une , enfin j’essaye !- Fais voir? Attends donnes je vais te montrer…”Elle roula ce pĂ©tard en deux temps trois mouvements et fini en lĂ©chant la feuille sur tout son long pour la faire coller , je restais bouche bĂ©e . “Ben qu’est-ce t’as? Demande-t-elle .-Refait le truc avec ta langue s’te plait? Elle le mima en se tournant en dĂ©rision .- T’es con ! Passe moi plutĂŽt du feu! Je l’allumais de bon cƓur, elle arrache la “mĂšche ” de ses dents et me l’a postillonna au visage avant de se rapprocher de ma flamme pour embrasser la tige conique et en aspirer l’Ă©paisse fumĂ©e avant de me la soufflĂ©e au visage . – T’aurais pas 150 pour cent de mon Ăąge je prendrais ça pour du rentre dedans … Glissais je plein d’assurance en lui prenant le stick dans la main. ( D’oĂč venait cette assurance? kaçak iddaa Du faites qu’elle s’amusait ostensiblement avec moi sachant pertinemment que rien ne se passerais et ça commençait Ă  me dĂ©plaire totalement )- C’est plutĂŽt toi qui me ren-tre-rai de-dans! Me sourit elle en se regardant le nombril. Je bouille de rage intĂ©rieurement , adossĂ© au comptoir , je tire sur le joint pour penser Ă  autre chose . C’est vraiment pas coule de sa part et la je commence Ă  vouloir lui sauter dessus , j’ai la bite qui gonfle doucement dans mon caleçon !Elle s’approche et me retire le joint de la bouche , tire deux lattes et retire la cendre superflu avant de se mettre le bout incandescent dans la bouche et de rapprocher ses lĂšvres des miennes en soufflant un fil de fumĂ©e . Je comprends qu’il faut que je l’aspire et nos lĂšvres s’effleurent au moment oĂč mes poumons sont remplis . Je m’Ă©loigne et expire la fumĂ©e en prenant de plein fouet ses effets. Elle me fais signe de lui rendre la pareil et je m’exĂ©cute malgrĂ© mon apprĂ©hension d’ĂȘtre brĂ»lĂ© Ă  l’intĂ©rieur de la bouche … Cette fois ci nos lĂšvres se touchent vraiment et je maudit se bout de carton enroulĂ© qui m’interdit de la goĂ»tĂ©e Ă  mon aise . Elle s’Ă©loigne, le joint est terminĂ© et je le laisse tomber sur la terrasse , nous buvons une gorgĂ©e de vin et elle semble regretter ce moment que je voudrais revivre Ă  l’infini …-DĂ©solĂ©e… Me dit elle , ta sƓur me l’a interdit et…enfin… T’es m***** … (Putin elle en crĂšve d’envie !!! Une petite bombasse comme elle avec un gars comme moi? Je rĂȘve? J’ai des supers pouvoirs? Je me sent de force Ă  soulever une montagne!! elle est la , je n’ai mĂȘme pas Ă  tendre le bras pour la toucher !)-Je ne vois ni sƓur ni flic … DĂ©notais je en regardant Ă  droite et Ă  gauche . Nos regards se croisĂšrent , je posais mes mains sur ses hanches pour l’attirer Ă  moi tandis que j’Ă©tais dos au bar . Nos lĂšvres s’effleurĂšrent l’espace d’un instant puis nos langues se mĂȘlĂšrent l’une Ă  l’autre et nos mains parcouraient nos corps de caresses Ă©lectriques . Je compris les choses iraient plus loin que quelques baisers aussi fou eues soient ils quand sa main descendis caresser fermement ma braguette tandis que la deuxiĂšme dĂ©boutonnait mon jeans avant de le laisser tomber Ă  mes chevilles . Je saisis fermement ses fesses charnues et pique du nez dans son dĂ©colletĂ© humant son odeur parfumĂ©e . J’ai les mains sous sa robe et je sent son string humide tandis que mes doigts effleurent ses lĂšvres intĂ©rieurs . Nous bouches sont toujours collĂ©es l’une Ă  l’autre , elle mordille les lĂšvres, suce ma langue et caresse avec instance mon barreau en empoignant mes couilles Ă  travers mon boxer… Je risque d’exploser Ă  tout moment alors je retire mon polo pour quelques seconde de rĂ©pit … Elle me susurre Ă  l’oreille que tous ca doit absolument rester entre nous avant de l’avaler l’oreille et de descendre en me lĂ©chant dans le cou puis laissant sa langue parcourir mon torse me mordille un tĂ©ton avant de continuer sa course, suivi de ses griffes , jusqu’Ă  mon entre jambe . Elle se trouve lĂ , Ă  mes pieds , abaissant mon boxer Ă  mes chevilles alors que sa langue caresse dĂ©jĂ  mes couilles … Elle plante ses griffes dans mes fesses tandis que je dĂ©barrasse mes chevilles des tissus trop gĂȘnants , elle se frotte le visage contre la trique , lĂšche, renifle , gobe mes couilles et commence Ă  tenter d’aspirer mon gland sans les mains … Il me faut de nouveau du rĂ©pit , je sens que je vais tout lĂącher , kaçak bahis aprĂšs un mois sans mĂȘme une petite branlette je suis Ă©tonnĂ© d’ĂȘtre encore debout ! Je me baisse pour retirer sa robe par le haut , elle en profite pour enlevĂ© son sous tif . Quelle magnifique poitrine , deux belle pomme qui pointent et vous sourie et la voilĂ  qui colle sa poitrine Ă  ma bite et s’y frotte … Poitrine trop petite pour ce genre de pratique elle dĂ©cide de se titille les tĂ©tons avec mon gland, quel dĂ©lice! Mais ce n’est rien pas rapport au moment oĂč elle engloutie ma queue d’un coup et se mets Ă  m’aspirer en impriment des vas et viens soutenu avec sa nuque … Cinq secondes et je suis fini , je me contracte , tente de la ralentir en maintenant sa tĂȘte mais mĂȘme sa gorge travaille! Je pousse un gĂ©missement de prĂ©jouissance et de dĂ©sespoir … Elle comprends et me rĂ©gurgite , j’ai un mouvement de recul mais elle me branle fort en me lĂ©chant le frein tandis que les premiĂšres gouttelettes perlent Ă  mon gland … Je me contracte de tout mon ĂȘtre , laissĂ© Ă©chapper un souffle de jouissance et me vide littĂ©ralement Ă  l’entrĂ©e de sa bouche . Mon foutre Ă©pais l’asperge par longues saccades, sur son front , dans une narine je n’arrĂȘte pas de jouir tandis qu’elle m’aspire de nouveau et prends les derniers soubresauts dans sa bouche …-Ca t’as plu ? Me dit elle en ramenĂąt d’un doigt le sperme sur son visage Ă  sa bouche.- Heu…oui …dĂ©solĂ© pour tout ça … -T’inquiĂšte ça me dĂ©range pas , ça arrive!Elle se relĂšve et je vois qu’elle se caressait pendant l’acte , je rĂ©alise alors , en la voyant de toute sa splendeur , que je ne peux pas la laisser maintenant …-OĂč tu vas , on a pas fini …Elle a l’air surprise , je l’invite Ă  s’assoir sur les bar et lui retire son string . Une magnifique chatte lisse avec juste une mouche de poil au dessus du clito… Je lui Ă©carte les genoux et colle ma bouche contre sa chatte dĂ©jĂ  plus qu’humide. J’envoie de amples coup de langue tout au long de sa fente, je l’embrasse , la goute … C’est fort en gout , fort en senteur et ca me plait… Je commence les petits coups de langues rapide et prĂ©cis et il lui faut moins de dix secondes pour me chopper par la tignasse et me maintenir coller Ă  son molusque, elle pousse vite des petits aigus et tandis que je redouble d’effort la voilĂ  qui ondule pour frotter sa minsch Ă  ma bouche… Ca mouille coule dans ma bouche et je doit l’avaler pour maintenir mon effort constant…Je la sent tout prĂšs , je lui caresse les cuisses avec douceur et les voilĂ  qui se serrent comme un Ă©tau sur ma caboche , elle manque de m’arracher cheveux et cuit chevelu et dans un long gĂ©missements plaintif je la sent jouir sous mes coups de langues avant de relĂącher son Ă©treinte . Le soleil se lĂšve , je la redresse et la redescend sur terre , elle est tremblante de bonheur et rayonnante de beautĂ© dans les premiers rayons de soleil… Nous nous enlassons, nous nous embrassons tendrement… Nous nous caressons encore et elle remarque mon erection persistante… Dans un sourire, elle m’invite Ă  m’assoir sur les dalles de pierres de la terrasse et crache abondamment dans sa main pour venir lubrifier ma bite … Elle s’assoit sur moi en lotus et nous ne sommes plus qu’un… S’en suit un moment de pur extase , nous tremblons, elle griffe, je mors , nos cƓur s’emballe , nos souffle se coupent … Je n’ai plus sentit jusqu’Ă  maintenant autant d’Ă©nergie , nous avons jouis l’un de l’autre et nous n’Ă©tions plus sur terre…. Nous sommes restĂ© qu’un un long moment , le jour remplaçait la nuit, les oiseaux chantaient , j’aurais voulu ce moment Ă©ternel quand le reste de la troupe arrivait bruyamment au portail ……Une suite si ça vous a plu! 😉

Ben Esra telefonda seni boțaltmamę ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *