voisine mature 2

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

voisine mature 2La porte de l’ascenseur s’ouvrait juste au moment oĂą je passais. HĂ©lène apparaissait, me saisissait le bras et m’entraĂ®nait Ă  l’intĂ©rieur de la cabine. Je n’avais pas rĂ©alisĂ© ce qui se passait que la porte se refermait dĂ©jĂ . HĂ©lène m embrassait avec fougue en me caressant de sa main l’ entrejambe.- J’ai un rendez-vous professionnel mais dès que je t’ai vu, je n’ai pas pu rĂ©sister de te voir.Nous avions fait connaissance trois semaines auparavant dans des circonstances un peu particulière. Depuis je n’avais pas revu HĂ©lène mais elle m’avait sacrĂ©ment retournĂ© la tĂŞte. Il faut dire qu’elle cachait bien son jeu.Qui pourrait croire que derrière cette femme mĂ»re et d’apparence distante se cachait une femme sensuelle qui devenait une vĂ©ritable bombe sexuellement lorsqu’elle se lâchait ?L’ascenseur stoppait sa progression, la porte s’ouvrait. HĂ©lène reprenait son attitude habituelle. – Voyez-vous Pascal je ne comprends pas pourquoi ce fichu tĂ©lĂ©phone ne fonctionne pas. J’espère que vous pourrez m’aider, me dit-elle en ouvrant la porte de son domicile. Je prenais un air dĂ©sintĂ©ressĂ© alors que je bandais dĂ©jĂ  comme un fou.Je savais que le voisin de palier Ă©tait Ă  l’affĂ»t du moindre commĂ©rage et HĂ©lène prenait ses prĂ©cautions. La porte de l’appartement refermĂ©e, elle me sautait littĂ©ralement dessus.Trois semaines, c’Ă©tait long très long mĂŞme !Nous Ă©tions enlacĂ©s alors que nous reculions vers le salon pour nous jeter sur le tapis. J’avais dĂ©jĂ  dĂ©grafĂ© le chemisier et libĂ©rĂ© les seins. Ma main se glissait sous la jupe et remontait sur son entrejambe. Mes doigts glissaient sur le bas de soie, franchissaient l’ourlet maintenu par les pinces du porte-jarretelles pour arriver sur un string en soie. Mes doigts soulevaient le rebord de celui-ci et se faufilaient dans la vulve dĂ©jĂ  gonflĂ©e de dĂ©sir. Je glissais mon majeur dans l’ouverture soyeuse puis remontait vers le clitoris durci. Mon pantalon Ă©tait ouvert, la main experte d’HĂ©lène ayant dĂ©jĂ  sorti ma queue de son Ă©troit espace. Elle flattait de sa main mon sexe maintenant fièrement dressĂ© hors du caleçon. HĂ©lène poussait des grognements tandis que sa langue, fouillant ma bouche, semblait impatiente d’y goĂ»ter. Je ne me faisais pas prier, jetant mes vĂŞtements dans le salon. Nous primes la position du 69. Je pĂ©nĂ©trais la bouche d’HĂ©lène tandis que j’avais retroussĂ© sa jupe, jetĂ© le string pour dĂ©vorer sa chatte. Nous roulions sur le cĂ´tĂ© et inversions les positions . HĂ©lène faisait des va et vient d’avant en arrière avec son bassin frottant son clito sur ma langue. Petit Ă  petit, HĂ©lène faisait en sorte que ma langue vienne lĂ©cher son petit trou. La première pendik escort bayan fois qu’elle prĂ©senta celui-ci devant ma langue, je le lĂ©chais sans trop prendre garde mais elle revenait rapidement se positionner pour ensuite ne plus changer de position. Ma langue fouillait alors son cul qui se dĂ©tendait rapidement. Je glissais mon index prĂ©alablement salivĂ© puis mon majeur. HĂ©lène se servait de mes doigts comme d’un godemichĂ© en laissant glisser dessus. HĂ©lène me sucait avec gourmandise rĂ©agissant Ă  mes caresses en Ă©cartant au maximum les cuisses et en ondulant du bassin afin de dilater au maximum son cul. Je devinais son envie. HĂ©lène bascula sur le cĂ´tĂ©, se mit Ă  quatre pattes, jupe retroussĂ©es, chatte offerte. -Je te veux maintenant !La scène Ă©tait surrĂ©aliste. Je me plaçais Ă  quatre pattes entre ses chevilles, guidais ma queue dans sa chatte ouverte tout en glissant mon majeur dans son cul. Ma queue entrait facilement et se lubrifiait abondamment. tandis que je faisais aller mon majeur entre ses fesses, HĂ©lène passait une main sous son ventre, saisissait ma queue. D un mouvement de bassin, elle s’empalait sur ma queue en poussant un cri. PassĂ© l’effet de surprise et sentant l’Ă©troitesse autour de ma queue, je la prenais par les Ă©paules, allant et venant lentement au plus profond d’elle. HĂ©lène avait glissĂ© sa main sous son ventre pour lubrifier ma queue avec sa propre mouille. La tenant par les hanches je donnais Ă  prĂ©sent de vigoureux coups de reins dans son cul. HĂ©lène avait le visage affalĂ© sur le tapis, la jupe retroussĂ©e sur le dos. Son bassin faisait des cercles autour de ma queue. Je m agrippais encore plus fort Ă  ses hanches. HĂ©lène triturait sa vulve frĂ©nĂ©tiquement en gĂ©missant de plus en plus fort. Je n’avais plus besoin de bouger, elle coulissait seule sur ma queue. Soudain, elle s’immobilisa comprimant ma queue avec les muscles de son anus. HĂ©lène poussait un long râle de jouissance.. Je la pilonnais de plus belle en dĂ©chargeant ma semence au fond de son cul.Je tombais de tout mon poids sur elle. Nous Ă©tions k.o.Le souffle court, les cheveux en dĂ©sordre nous reprenions nos esprits.Nous Ă©tions fourbu mais heureux.Elle se redressait sur les coudes puis lĂ©chait consciencieusement mon sexe -J’adore ton goĂ»t. Je garde ta semence en moi, c’est très excitant. Prends ma carte de visite et notĂ© mon numĂ©ro, je ne supporte plus d’attendre aussi longtemps. Et puis nous n’avons pas encore essayĂ© tous les nouveaux sous-vĂŞtements !J’embrassais HĂ©lène et la quittais avec une pointe de tristesse. Ce matin, j’avais envoyĂ© un message Ă  HĂ©lène: -curieux de dĂ©couvrir vos derniers achats. Libre cet après-midi. escort pendik AmitiĂ©s. La rĂ©ponse ne tardait pas.- libre Ă©galement cet après-midi. Impatiente de vous faire dĂ©couvrir mes nouveaux articles. Venez directement Ă  l’appartement Ă  14 h. AmitiĂ©s En lisant la rĂ©ponse mon coeur battait la chamade car je savais que ce ne serait pas un rendez-vous anodin. Il fallait ĂŞtre irrĂ©prochable dans tous les sens du terme . Que me rĂ©servait HĂ©lène ?Je pressais le bouton de la sonnette Ă  14 heures prĂ©cise. La porte s’ouvrait. HĂ©lène portait une longue robes de chambre en soie noire du plus bel effet. J’entrais tandis que HĂ©lène refermait la porte. Dos Ă  celle-ci, elle m’attirait contre elle et m’embrassais longuement.-Comment trouves-tu ma nouvelle robe de chambre ? – Magnifique HĂ©lène. Tu est très sexy. Je caressais le tissus parcourant de la pointe des doigts ses Ă©paules, la pointe des seins et le ventre.Mon ventre faisait des vagues.HĂ©lène m’invita Ă  avancer vers le salon oĂą attendait une bouteille de champagne ainsi que des petits fours. -J’ai pensĂ© que cela nous changerait du thĂ©, me dit-elle tandis que je m asseyais sur le canapĂ©. -Tchin-tchin mon amour, me dit-elle en brandissant sa flĂ»te. Nous parlions de banalitĂ©s. Le champagne commençait Ă  faire son effet. HĂ©lène Ă©tait assise sur l’accoudoir du canapĂ© en face de moi. Le cĂ´tĂ© de sa robe fendue laissait apparaĂ®tre sa jambe gainĂ©e d’un bas noir pincĂ© par une bretelle. HĂ©lène se leva pour Ă©teindre la lumière laissant seulement les bougies comme Ă©clairage. Elle s’approcha et caressa mes cheveux. L’intimitĂ© crĂ©Ă© par les bougies ainsi que l’excitation prĂ©sente dans la pièce m enhardissait. Je posais une main sur sa cheville apprĂ©ciant la douceur de la soie puis la glissait sous la robe pour remonter progressivement entre ses cuisses. HĂ©lène s asseyais sur l’accoudoir du canapĂ©, se penchait vers mon visage, m’embrassais langoureusement. Les pans de sa robe Ă©taient maintenant ouvertes et me laissaient la voie libre.La frontière entre sa peau blanche et les bas noirs Ă©tait nette. Ma main franchissait cette frontière pour aller se glisser sous un shorty de soie rose très ample. Je bandais au contact de son entrejambe. Tandis que HĂ©lène me mangeait la langue, je plaquais la main sur son sexe et glissait un doigt dans son sillon humide. HĂ©lène murmurait -Que penses-tu de ce shorty ?-Hummmm parfait ! RĂ©pondis-je en enfouissant mon visage entre ses cuisses. HĂ©lène me tenait la tĂŞte par les cheveux tout en se mettant plus Ă  l’aise. Je respirais l’odeur du shorty, glissait ma langue sur l’Aisne pour Ă©carter dĂ©licatement le tissu. Je pouvais entendre la respiration d’HĂ©lène pendik escort accĂ©lĂ©rer au fur et Ă  mesure que m’a langue approchait de son point sensible. Saisissant le bord du shorty du bout des doigts je dĂ©gageait son sexe et introduisait ma langue entre les lèvres lisses. Je m’attardais sur l’entrĂ©e, pĂ©nĂ©trant le plus loin possible pour ensuite remonter Ă  la rencontre du clito dĂ©jĂ  dressĂ© de plaisir. Je l’aspirais longuement arrachant des soupirs de bonheur Ă  HĂ©lène qui plaquait mon visage des deux mains sur son entrejambe. J’Ă©tais maintenant Ă  genoux entre ses cuisses. Je poussais HĂ©lène de sorte qu’elle bascule sur le canapĂ© tout en me laissant sa chatte Ă  hauteur de visage. Le shorty volait dans le salon. Je glissais mes mains sous ses fesses tandis que ma langue fouillait ses lèvres trempĂ©es. HĂ©lène avait posĂ© ses pieds sur l’accoudoir et Ă©cartait au maximum les cuisses pour me faciliter l’accès Ă  son intimitĂ©. Sa respiration se faisait de plus en plus saccadĂ©e.Je me redressais pour placer ma queue devant sa chatte bĂ©ante HĂ©lène attrapait ma queue dressĂ©e et la tirait entre ses cuisses. Je donnais un coup de rein et me calais entre ses cuisses. HĂ©lène donnait de vigoureux coups de reins pour mieux sentir ma queue.Elle Ă©tait dans un Ă©tat d’excitation incroyable. Soudain elle tournait sur elle-mĂŞme me prĂ©sentant ses fesses Ă©cartĂ©es.Je ne rĂ©sistais pas Ă  l’envie de la pĂ©nĂ©trer ainsi. J’appuyais ma queue sur son petit trou en prenant HĂ©lène par les hanches. Le gland Ă©cartait doucement l’anus puis disparaissait entièrement. HĂ©lène relevait les fesses, aspirant entièrement ma queue en elle. Je restais immobile tandis qu’elle allait d’avant en arrière. Ses fesses claquait sur mon ventre. Le rythme s’accĂ©lĂ©rait. Je me cramponnais Ă  ses hanches alors qu’un cri rauque sortait de ma bouche. Ma queue Ă©tait comme prise en Ă©tau dans le petit fourreau bien lubrifiĂ© d’HĂ©lène. Les sensations Ă©taient dĂ©cuplĂ©es par la jouissance. Encore ! Me suppliait HĂ©lène en se masturbant, continue Ă  me baiser ! Je viens !Elle jetait littĂ©ralement ses fesses en arrière engloutissant ma queue entre ses fesses. Ses doigts s’agitaient frĂ©nĂ©tiquement dans sa chatte dĂ©trempĂ©e en faisant un bruit de succion. Elle poussa un cri que j’Ă©touffais avec la main ne voulant pas alerter le voisinage. HĂ©lène jouissait longuement contractant ses fesses, ondulant du bassin. Les mouvements ralentirent. HĂ©lène se retira lentement, m’attirait vers elle et entreprit de me sucer. Je reprenais rapidement de la vigueur. HĂ©lène m’agrippait par les fesses et prenait ma queue le plus loin possible au fond de sa bouche quand elle sentit que je venais. Mon corps Ă©tait secouĂ© de convulsions tandis que je dĂ©chargeais une nouvelle fois. Elle continuait Ă  me sucer lentement tandis que nos regards se croisaient. Je pouvais deviner le plaisir qu’elle ressentait Ă  ce moment prĂ©cis.Quelle voisine !

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *