suis je une salope 9

Ben Esra telefonda seni boțaltmamę ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

suis je une salope 9Le mois qui suivit se rĂ©vĂšla ĂȘtre un vĂ©ritable calvaire professionnel, les tensions Ă©taient tellement intense que j’en Ă©tais malade le matin. Je mangeais, mais j’Ă©tais toujours fatiguĂ©e et Ă©prouvais de violentes nausĂ©es. Par dessus le marchĂ©, Frantz et moi ne nous voyions plus des masses en dehors du boulot, seulement nous profitions de la moindre occasion qui nous Ă©tait offerte pour un petit “rapport vite fait”, mais plein de tendresse durant lesquels il me disait des petits mots tendres. Un matin, au boulot, une de mes collĂšgues Ă©tait prĂ©sente lorsqu’une autre violente crise de nausĂ©e s’est dĂ©clenchĂ©e. Ma soeur Ă©tait au courant de tout, et elle m’a convaincue, aprĂšs m’avoir suggĂ©rĂ© l’idĂ©e farfelue d’acheter au plus vite un test de grossesse, car selon elle, certains signes ne trompaient pas. Je dĂ©cidais donc d’en acheter un, et fis le test au boulot. Je suivis scrupuleusement les instructions point par point et attendais le rĂ©sultat. Je savais que je n’Ă©tais pas enceinte, c’Ă©tait forcĂ©ment le stress qui me jouait des tours, et sachant que j’y ai toujours Ă©tĂ© sensible, ben ça n’a pas loupĂ©. Les minutes passaient aussi lentement que des heures, je tournais en rond et voulais avoir une rĂ©ponse claire et nette le plus vite possible.-Calme toi, SalomĂ©, ça ne va pas arranger ton Ă©tat. Dit ma collĂšgue en plaisantant.-Je suis pas enceinte, merde ! RĂ©pliquais je de façon agressive. On a beaucoup de stress au boulot et ça me travaille, point !-Tu parles ! Tu gerbes le matin, tu as des sautes d’humeur, tu manges de plus en plus, et pour finir, tu fais un test de grossesse. Le dĂ©lai est passĂ© on dirait. Dit elle en regardant sa montre. Je peux regarder ?-Oui, et donne moi la rĂ©ponse tout de canlı bahis Ɵirketleri suite, qu’on en finisse une bonne fois pour toutes avec cette mascarade.Elle prit le test que je n’osais pas regarder, vis son visage s’Ă©clairer, et elle me regarda.-Alors ? Je le suis pas, hein ? L’interrogeais je avec une certaine inquiĂ©tude malgrĂ© tout.-FĂ©licitations ma belle ! Me fit elle souriante en me tendant le test.-DĂ©conne pas ! Criais je presque en lui arrachant le test des mains.Je le regardais et constatais un “+” qui tronait fiĂšrement, on ne voyait que lui, je crus dĂ©faillir. Une fraction de seconde avait suffit pour que tout se chamboule dans ma tĂȘte. J’attendais un bĂ©bĂ©, et il ne faisait aucun doutes quand Ă  l’identitĂ© du pĂšre. Je n’en croyais pas mes yeux, je restais figĂ©e, le regard dans le vide, me rendant Ă  peine compte de ce qui m’arrivait. Il fallait que je le tienne au courant, mais comment va t il rĂ©agir ? Surtout, le plus dĂ©licat, c’est qu’il a une copine. Oh merde, dans quoi je me suis embarquĂ©e ?-Tout va bien ? Me demandait elle joyeusement.-Oui, oui, je crois. Balbutiais je toujours dans le mĂȘme Ă©tat. Je dois y aller. Dis je en marchant comme un robot pour sortir des toilettes.-Attends ! Me dit elle en m’attrapant par le bras. Il faut que tu appelles ton copain pour lui annoncer la bonne nouvelle, non ? Me dit elle.-Il faut d’abord que je digĂšre la nouvelle, si tu veux bien. Je vais dĂ©jĂ  en parler a notre tyran de patron, et ensuite on verra.-Bon courage ma belle !Je me dirigeais vers le bureau de Frantz et je m’interrogeais sur la façon dont je pouvais lui annoncer la nouvelle. Il fallait vite prendre une dĂ©cision, car j’Ă©tais dĂ©jĂ  devant la porte de son bureau. Je frappais Ă  sa porte, canlı kaçak iddaa inquiĂšte de la tournure des Ă©venements Ă  venir.-Entrez.-C’est moi, Monsieur.J’entrais, cachant soigneusement le test derriĂšre mon dos. Je refermais la porte derriĂšre moi.-Tu tombes bien, assieds toi, j’ai Ă  te parler. M’invitait il.-Moi aussi je dois te parler et c’est quelque chose de trĂšs important. Dis je en m’asseyant.-Ca n’a pas l’air d’aller toi. Remarqua t il en me prenant la main.-Qu’est ce que tu voulais me dire ? Enchainais je.-Eh bien voilĂ , je ne vais pas y aller par quatre chemins. J’ai rĂ©flĂ©chi et j’ai pris une dĂ©cision pour nous deux. J’ai rompu ce matin mĂȘme avec ma copine pour ĂȘtre avec toi.Cette nouvelle Ă©tait certes joyeuse, mais je ne pus m’empĂȘcher de me mettre Ă  pleurer. De joie ou de tristesse, impossible Ă  dire, les deux sentiments Ă©taient mĂ©langĂ©s. Les hormones commenceraient elles dĂ©jĂ  Ă  me jouer des tours ?-J’ai dit quelque chose qui t’a blessĂ©e ? M’interrogea t il visiblement surpris de ma rĂ©action.-Non, idiot, tu n’as rien dit. Dis je rassurante et en sĂšchant mes larmes. C’est autre chose.-Qu’est ce qu’il y a ? Dis moi. Je pensais que tu serais heureuse d’apprendre que je voulais me consacrer Ă  toi. Et si l’envie te prend, tu pourras emmĂ©nager d’ici deux mois, le temps que ma copine… Disons plutĂŽt que mon ex-copine dĂ©mĂ©nage. Corrigeait t il rapidement.-Je suis heureuse, c’est pas le problĂšme. Ce qu’il y a c’est que…Je pris une profonde inspiration, dĂ©glutis et le regardais droit dans les yeux, ayant dĂ©cidĂ© de prendre mon courage Ă  deux mains.-Que quoi ? Demanda t il.-Quelle serait ta rĂ©action si je t’apprenais que je suis enceinte ?-Je serais heureux, quelle question ! Pourquoi ?Je canlı kaçak bahis lui montrais le test de grossesse que je posais sur son bureau. Son visage s’est mis Ă  rayonner Ă  la vue du rĂ©sultat affichĂ©.-Tu… Tu l’es ? BĂ©gaya t il.Je hochais de la tĂȘte.-Il semblerait, oui. Dis je le sourire aux lĂšvres.Il se leva, je le rejoignais nous nous enlacions de toutes nos forces, et je ne pus m’empĂȘcher de pleurer.-C’est gĂ©nial, SalomĂ©, c’est gĂ©nial, tu ne pouvais pas m’annoncer une plus belle nouvelle. Dit il la voix pleine de fiertĂ©. Je t’aime, et je ferais tout pour que toi et le bĂ©bĂ© soyez bien.-Moi aussi je t’aime. DĂ©clarais je en l’embrassant tendrement. Pardonne moi par avance si mes Ă©motions ne sont pas Ă  l’image de mes mots.-Aucun problĂšme ma chĂ©rie.Ce qui devait arriver arriva : La nouvelle s’est rĂ©pandue comme une trainĂ©e de poudre. Nos parents, ma soeur, nos amis, sa famille, tout le monde a Ă©tĂ© mis au courant de ma grossesse. L’histoire que je viens de raconter s’est dĂ©roulĂ©e il y a quatre ans. Depuis, Frantz et moi nous nous sommes mariĂ©s, nous vivons ensemble dans une maison de la banlieue Parisienne, nous sommes les heureux parents d’un petit ThĂ©o qui est tout le portrait de son papa. Afin d’Ă©viter toute jalousie Ă©ventuelle Ă  l’Ă©gard de mes collĂšgues, j’ai donnĂ© ma demission, nous ne voulions pas qu’ils se rendent compte que notre patron Ă©tait le pĂšre de l’enfant que j’ai mis au monde, mais j’ai retrouvĂ© rapidement un travail dans une succursale de la boite qui a ouvert depuis un peu moins d’un an, tant la boite s’est rĂ©vĂ©lĂ©e fructueuse. J’estime ĂȘtre la femme la plus heureuse du monde, et notre famille est pour moi la chose la plus importante au monde, mais maintenant, j’ai deux questions qui me taraudent. La premiĂšre que je me pose, est “Suis je vraiment une salope ?”, et la seconde question, et pas des moindres, est “Est ce que je dois attendre avant de rĂ©vĂ©ler Ă  mon cher mari adorĂ© que mon ventre va s’arrondir pour la seconde fois ?”.FIN

Ben Esra telefonda seni boțaltmamę ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *