Pierre, notre voyeur 4

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Amateur

Pierre, notre voyeur 4Le dépucelage anal de SophieAprès ce week-end extraordinaire de débauche qui a vu Sophie goûter et prendre du plaisir avec une autre bite que la mienne, nous restons en contact avec notre nouveau partenaire de jeu. Un lien bien particulier initié par Sophie. Ma femme me surprend décidément de jour en jour. Le mardi matin, lundi étant jour de repos pour mes couilles et sa chatte, alors que nous sommes encore dans notre lit, Sophie me confie mon téléphone.— Après ce qu’il a vécu, il ne faut pas sevrer Pierre.Elle rejette au loin le drap et s’agenouille à côté de moi, sa tête au-dessus de ma bite. Elle la prend en main, me masturbe doucement avant de refermer ses lèvres sur mon gland. Elle commence à me sucer en me lançant un regard de véritable salope. Je n’arrive pas à croire qu’elle veuille que je la photographie dans cette position. Son idée me fait bander un peu plus dure et le premier flash part.C’est un déluge de photos commentées que j’envoie à Pierre. « Réveil matinal », « La salope n’en a pas eu assez ce week-end » et j’en passe. Pierre ne tarde pas à me répondre en me disant que j’ai de la chance et que je dois la remercier comme il faut pour ce qu’elle me fait. Il reste très convenable dans les termes qu’il emploie. Tout du moins les premiers jours de ce lien photographique. Le lundi suivant, sûrement frustré que rien ne se soit passé durant le week-end, il se met à l’insulter de temps en temps en la traitant de salope. Mais plus les jours passent, plus il se montre cru, ce qui ne déplaît pas à Sophie quand je lui lis les commentaires.Après un nouveau week-end calme pour Pierre, mais pas pour nous, je lui envoie un message pour lui dire d’avoir les couilles bien pleines pour samedi prochain. Moi aussi je choisis de me modérer, je veux pouvoir tenir la distance, je veux pouvoir explorer le cul de Sophie autant de fois que je le voudrais. Par contre, je ne me prive pas d’exciter Sophie, je la lèche, je la caresse régulièrement, parfois je la coince dans un recoin de la maison et je la fouille intensément avec mes doigts une trentaine de secondes avant de l’abandonner. Je la garde à chaque fois frustrée, je m’arrête juste avant son orgasme. Je veux qu’elle soit le plus excitée possible pour ce week-end.Ce petit jeu pervers porte ses fruits, car lorsque Pierre arrive en milieu d’après-midi samedi, j’envoie Sophie l’accueillir seule et leurs retrouvailles sont pour le moins torride. Sans autre forme de procès, il se jette sur elle et l’embrasse goulûment. Sophie ne se ménage pas elle non plus, leurs langues se mêlent avec ardeur.Quand leur bouche se sépare enfin, il la renverse sur le dos sur le capot de sa voiture. Il relève sa robe et dévoile un string qu’il arrache d’un coup sec. Sophie pousse un petit cri, surprise et excité par son geste, avant de se mettre à gémir sous les coups de langue de Pierre sur et dans sa chatte.Tous deux sont tellement excités que les préliminaires sont des plus brefs et Pierre ne tarde pas à présenter sa bite dressée à l’entrée de la chatte trempée de Sophie. D’un coup puissant, il l’embroche de toute sa longueur. Ils se retrouvent comme ils s’étaient quittés, en baisant comme des animaux. Pour cette deuxième rencontre, Pierre a définitivement abandonné sa délicatesse. Nous l’avons trop excité pendant deux semaines et il a compris que Sophie était devenue une vraie salope, ce qu’il ne se prive pas de lui rappeler.— J’ai passé trois semaines à penser à toi, salope. À imaginer comment j’allais te tringler, te fourrer avec mon sperme. Le goût de mon jus t’a manqué, hein, ma chienne ?— Lèche mes seins au lieu de parler !Et Sophie tire sur le haut de sa robe pour dévoiler sa poitrine et ses tétons dressés.— Salope ! cri Pierre en donnant un violent coup de reins qui la fait hurler.Il plaque une main contre sa bouche pour étouffer ses cris.— Tu vas dérouiller, salope, je vais laisser ma marque sur tes seins.Pierre se penche sur elle et mord sa poitrine. J’entends les petits cris de douleur qu’il étouffe toujours avec sa main. Ce spectacle est terriblement excitant et je décide d’enfin me rapprocher. Je les rejoins alors que Pierre abandonne le sein droit de ma femme pour s’attaquer au gauche. Le salaud n’a pas menti, il a laissé sa marque sur elle, son sein est recouvert de traces de dents.— On s’amuse bien ici.Pierre est presque surpris de me voir, mais il ne s’arrête pas pour autant. Il me parle que lorsqu’il en a fini avec le sein gauche de Sophie.— Ta femme est la reine des salopes. Regarde ce que je lui ai fait. Je l’ai marqué et elle a pris son pied, sa chatte est une vraie fontaine.Pierre retire presque entièrement sa bite du vagin de Sophie pour me prouver à quel point elle est brillante de mouille avant de replonger en elle avec force dans un grognement de bûcheron.J’assiste avec délice au tringlage en règle bahis firmaları de Sophie qui n’arrête pas de gémir de plaisir et de pousser des petits cris de douleur quand Pierre entretient ses marques de dents sur ses seins.Pendant de longues minutes, il la baise comme un fou avant de se lancer dans un dernier pilonnage très intense pour finir par se figer en elle en grondant. Il éjacule en elle ce qui provoque un nouvel orgasme à ma femme.— Salope ! Tu jouis ! Tu jouis de te faire remplir par mon sperme sous les yeux de ton mari !Pierre sort sa bite d’elle et je tends ma main pour récupérer le sperme qui se met à couler de la chatte de Sophie. Je la fouille avec mes doigts pour en récupérer le plus possible. Je suis surpris de la quantité que je présente à Sophie pour qu’elle le boive. Pierre avait vraiment les couilles bien pleines. Ce qui ne déplaît pas à Sophie qui semble prendre un véritable plaisir à savourer ce jus adultère.J’aide ma femme à descendre de la voiture, mais celle-ci m’en empêche en enroulant ses jambes autour de ma taille et en me serrant contre elle. Elle me lance un regard d’une lubricité folle tout en se léchant les lèvres.— À ton tour maintenant ! Baise-moi ! Remplis ma chatte d’un peu plus de sperme.Le changement de caractère de Sophie continue toujours de me surprendre. Elle vient de se faire baiser et elle me demande déjà un second coup. Ma bite est vraiment à l’étroit dans mon pantalon tellement je bande dur, et cette chatte brûlante qu’elle frotte contre moi n’a rien pour me calmer. Pourtant je choisis de ne pas la satisfaire, j’abandonne ses cuisses à sa grande déception.— Qu’est-ce qu’il te prend ? Tu n’as pas envie ? Ne me dis pas que je t’ai épuisé ces jours derniers ?— Non, je me réserve pour un moment bien particulier.Sophie me regarde avec étonnement. Elle ne comprend pas ce que je peux sous-entendre. J’ai décidé de réserver ma première décharge pour son cul, je veux le remplir de sperme.Tandis que nous rentrons tous les trois à la maison, je retiens Pierre un moment. Je lui demande de s’occuper de Sophie en la laissant frustrer. Je veux qu’elle arrive excitée au maximum pour la surprise que je lui réserve. Pierre accepte volontiers, curieux de savoir ce que je lui réserve. Les heures qui suivent sont une torture pour nous trois. Nous ne voudrions faire que baiser, mais nous nous contentons de caresses ou de léchages furtifs. Néanmoins, quand nous quittons enfin la table, je sens Sophie en excellente disposition. Elle ne pourra me refuser ce que je vais lui demander.Je sens son excitation monter d’un cran lorsque je demande à Pierre de s’asseoir sur le fauteuil devant la table basse du salon alors que je dis à Sophie de se mettre à quatre pattes sur la table basse. Je me tiens debout derrière elle et pose mes deux mains sur ses fesses. Je les caresse tendrement, mais fermement, je les écarte révélant son anus que je vais enfin pendre.— Sophie, Pierre va redevenir un voyeur. Il va assister à un spectacle rare, à un spectacle unique. Il va pouvoir t’admirer pendant que je prendrais ton dernier pucelage.À ce mot, Pierre écarquille les yeux, il a du mal à croire ce que je viens de sous-entendre. Sophie, elle, se retourne brusquement.— Tu veux me sodomiser ?— Je ne veux pas, je vais te sodomiser. Je vais prendre ton cul devant Pierre et quand je me serais vidé en toi je lui laisserais ma place. Et il te dépucellera à son tour. Lui aussi aura ce plaisir, il visitera des zones vierges grâce à sa longue bite.— Non, Patrick, je ne peux pas…— Tu ne peux pas quoi ? Me sucer dans un parc devant un inconnu ? Inviter cet homme pour qu’il baise ta bouche, ta chatte ? Oh, mais si, tu le peux, tu en meurs d’envie, seulement tu n’oses pas te l’avouer. Tu le savais que ça finirait ainsi, que nous te prendrions aussi par là.À cet instant, je pose mon gland à l’entrer de son anus.— Mais ne t’en fais pas, je ferais ça bien, en douceur.Je me penche et je sors de sous le canapé la bouteille de lubrifiant que j’avais acheté et caché pour ce moment. Je vois que Sophie est encore hésitante.— Regarde dans quel état est Pierre à la perspective d’assister à ton déflorage anal.Sophie pose ses yeux sur Pierre, toujours assis, qui a son pénis fièrement dressé. Il la regarde avec gourmandise et convoitise. Il doit sûrement déjà rêver du moment où il prendra son cul à son tour.Sophie le fixe un long moment avant de se retourner vers moi.— Sois tendre.J’ai obtenu ma victoire. Je lui souris puis je me penche vers ses fesses. Sophie ne me quitte pas des yeux alors que j’embrasse son postérieur. Je me saisis de ses deux beaux globes que j’écarte. La pointe de ma langue se pose sur l’anus de Sophie qui est comme parcouru par une décharge électrique. Je le lèche avec tendresse. Ma femme est traversée par un frison quand la pointe de ma langue perce son œillet et kaçak iddaa s’enfonce en elle. Je joue avec elle jusqu’à ce que je la sente se détendre à nouveau. Je retire ma langue et j’enduis mon doigt et son anus d’une bonne dose de lubrifiant. Je le pose à l’entrée de son cul et force délicatement le passage. Sophie pousse un léger cri de surprise.— Oh !Lentement mais sûrement, j’ai introduit l’intégralité de mon index en elle. Son cul est vraiment très serré. Je la laisse s’habituer à cette nouvelle sensation avant de retirer mon doigt pour mieux replonger en elle. Je la fouille ainsi un moment jusqu’à sentir son cul se détendre et s’ouvrir. J’en profite aussitôt pour ajouter un deuxième doigt. Sophie se crispe de nouveau et je recommence mon doigtage pour l’ouvrir. Je continue de la même façon jusqu’à parvenir à mettre trois doigts en elle. Sophie grimace, mais elle continue à se laisser faire. Je finis par la trouver suffisamment dilatée, elle est prête à se faire sodomiser. De deux doigts, j’ouvre son cul dans lequel j’envoie une bonne rasade de lubrifiant, puis j’en recouvre ma verge. Je pose mon gland à l’entrée de son cul et de mon autre main je me saisis de sa chevelure.— Tu es prête ?— Oui.— Alors, dis-le à la caméra.Sophie me regarde avec de grands yeux et je la force à regarder devant elle. Elle pose alors ses yeux sur Pierre qui a son téléphone à la main. Le salaud a décidé de filmer toute la scène pour ne rien rater.— Sophie, que t’apprêtes-tu à faire ? demande Pierre.Elle reste silencieuse. Je la pousse à réagir d’une claque sonore sur les fesses.— À me faire sodomiser.— Et c’est ta première fois ?— Ouiiiiiii.Mon gland vient de forcer l’entrée de son cul et j’ai réussi à enfoncer la moitié de ma bite en elle avant qu’elle ne se contracte trop.— Félicitations, tu n’es plus vierge du cul, dit Pierre. Même s’il t’en reste encore pas mal à recevoir en toi. Et après, ce sera à mon tour de t’explorer en profondeur, de visiter des zones encore vierges.Sophie est haletante, elle a du mal à s’habituer à ma présence dans son cul.— Dis-le, salope, que tout juste dépucelée, tu accepteras une nouvelle bite dans ton cul.— Ouiiii.Sophie pousse de petits cris en me sentant commencer à faire de lents va-et-vient en elle. Je la pénètre doucement. Je sens qu’elle a mal alors je glisse une main vers son clitoris que je caresse. L’effet est presque immédiat. Même si cela ne fait pas disparaître la douleur, je la sens s’ouvrir un peu plus, si bien que ma bite s’enfonce toujours un peu plus profondément en elle. Je finis par me figer lorsque mes couilles se posent sur sa chatte humide.— Je te l’ai mise jusqu’à la garde, tu n’es plus vierge. Tu me sens bien ? Tu aimes ça ?— Oui… c’est une sensation étrange… ça n’a rien de comparable.— Tu vas voir, je vais te faire aimer ça.Je me mets à la pénétrer doucement sur toute la longueur de ma verge. La sensation d’être pris dans un étau bouillant est délicieuse. Je crois que je vais vite devenir accro à son cul et que pendant un long moment je passerais plus de temps à la sodomiser qu’à baiser sa chatte.Je profite ainsi du cul de Sophie pendant de longues minutes sous ses petits cris de douleurs et quelques gémissements de plaisir. Elle est loin de l’orgasme, mais je me doutais bien qu’il me faudrait attendre avant qu’elle puisse jouir par le cul. De mon côté, je lutte du mieux que je peux pour retarder mon éjaculation. Quand je sens finalement que je ne vais plus tenir, je me plante entièrement dans son cul et je reste immobile pendant que je décharge six grosses giclées de sperme. Sophie pousse un long et léger feulement. Elle n’était peut-être pas si loin de l’orgasme finalement.Je quitte enfin son cul et récupère des mains de pierres son téléphone pour filmer à mon tour. Il ne compte pas la laisser récupérer un moment, il veut profiter d’elle pendant qu’elle est encore bien chaude et ouverte. Il pose ses deux mains sur les fesses de Sophie pour admirer son trou béant. Elle sursaute quand elle sent un crachat de Pierre venir s’écraser à intérieur de son cul. Il s’empare du lubrifiant et s’arrose généreusement sa bite dressée avant de se présenter son gland à l’entrée de son cul. Étant moins large que moi, il s’enfonce avec facilité en elle. Il est pourtant arrêté dans sa course peu de temps avant de la lui mettre en entier par la contraction des fesses de Sophie. Pierre lui laisse le temps de s’habituer à sa queue, puis quand elle s’ouvre à nouveau, il commence les va-et-vient. Il lui en faut moins d’une dizaine avant de la lui mettre en entier.— Et voilà, salope, je t’ai dépucelé un peu plus en profondeur.Pierre prend tout son temps pour la sodomiser. À son visage, je vois bien qu’il prend un terrible plaisir. Je commence à me dire que pour lui aussi c’est la première fois qu’il pratique l’anal. Pendant qu’il s’occupe d’elle, kaçak bahis je peux profiter du visage de Sophie. Il est déformé par un mélange de douleur et de plaisir. C’est vraiment excitant de la voir dans cet état.Après de longues minutes à se faire sodomiser, elle finit par pousser le même feulement qu’avec moi. Je comprends que Pierre vient de lui remplir le cul de sperme à son tour. Je vais prendre sa place derrière ma femme et filme en gros plan son cul dilaté et rougi d’où s’écoulent nos spermes mélangés.Je porte Sophie dans mes bras et la fais s’allonger sur la banquette à mes côtés pour qu’elle se remette. Elle a sa tête sur mes cuisses et j’ai une main sur ses fesses que je caresse.— Alors, tu as aimé ? Tu trouves la sodomie toujours aussi sale ?— C’était particulier, mais j’ai aimé. Et oui, je me sens sale de tout ce sperme que vous avez mis en moi, mais j’apprécie pourtant cette sensation.Nous restons ainsi de longues minutes à nous reposer, jusqu’à ce que je sente les lèvres de Sophie se refermer sur mon gland. Du bout de la langue, elle se met à le titiller ce qui a pour effet de me faire bander de nouveau. Ma verge reprend vie dans sa bouche et elle me suce avec de plus en plus avidité. Quand elle me trouve assez dur, Sophie se redresse et m’enjambe pour s’asseoir sur ma bite qu’elle dirige vers sa chatte.— Hum, maintenant, tu vas me baiser.Sophie se met à me chevaucher, elle y va fort et vite. Je la laisse gérer le rythme et je profite de mes mains libres pour peloter ses seins qui dansent devant mon visage et caresser ses fesses. Ma main sur son cul se fait vite plus intrusive et je glisse avec facilité deux doigts dans son cul dans un petit cri de Sophie.— Tu l’aimes vraiment mon cul ?— Tu n’as pas idée.Sophie accélère le rythme de sa chevauchée. Après un coup de bassin plus ample, ma bite sort de sa chatte. Je me dépêche de m’en saisir pour la remettre, mais certainement pas là où Sophie l’attendait.— Non… pas encore.Je viens de faire entrer mon gland dans son cul et je la force à venir s’empaler dessus. J’arrive à lui mettre en entier du premier coup et Sophie s’effondre sur moi en soupirant.— Je t’avais dit que j’étais accro à ton cul. Je ne vais pas le quitter de si tôt. Je te sodomiserais autant de fois qu’il faut pour te donner un orgasme anal.Je ne lui laisse pas le temps de répondre. Mes deux mains sur ses hanches, je la fais monter et descendre sur ma verge dressée. Je la prends ainsi pendant plusieurs minutes avant de l’abandonner à genoux, haletante sur le canapé.— Pierre, à ton tour.Pierre me sourit avant de venir prendre ma place derrière elle. Il enduit sa bite avec du lubrifiant. Il bande déjà dur grâce au spectacle que nous lui avons offert. Il la présente à l’entrée du cul de ma femme et l’enfonce en elle en entier sans difficulté. Il la sodomise à un bon rythme sous les cris et les gémissements de Sophie, puis il me laisse à nouveau sa place. Nous nous relayons ainsi dans son cul, prolongeant avec plaisir cette nouvelle sodomie. Nous ne parvenons pourtant pas à la faire vraiment jouir.Pierre finit par craquer. Il donne une série de coups de queue brusque avant de se répandre de nouveau en elle. Lorsqu’il sort pour me laisser la place et me finir, Sophie est haletante. Je comprends qu’il a manqué de la faire jouir. Une main dans ses cheveux, une main sur ses hanches, je la prends soudain d’un coup sec, ce qui la fait hurler.— AIE ! Tu me fais mal.— Et c’est comme ça que je vais réussir à te faire jouir, salope. On y est allé trop tendrement avec toi. Mais j’ai bien remarqué que lorsque Pierre s’est montré plus brusque, tu as failli jouir.— Non, ce n’est pas vrai.— Nous allons vérifier ça.Je me lance dans un ramonage intensif du cul de Sophie sous l’œil de la caméra que Pierre vient de relancer. Sophie n’arrête pas de hurler, je crains qu’elle n’ait vraiment trop mal quand elle se raidit brusquement et lance un cri terrible. Je sens son cul se contracter autour de ma bite. Elle est en train de jouir.— J’en étais sûre, je savais que tu étais une salope qui prend son pied en se faisant limer le cul. Voyons voir si j’arrive encore à te faire jouir avant de te remplir de sperme.Cette fin de sodomie est vraiment a****le. Je la prends avec force comme un soudard. J’ai presque envie de dire que ma « cruauté » est récompensée quand Sophie repart dans un orgasme tout aussi puissant. Cette fois-ci, je n’arrête pas mes coups de reins dans son cul, prolongeant sa jouissance qui monte d’un cran quand elle sent que je me répands en elle.— OH OUI, PUTAIN, SALAUD ! REMPLIS-MOI LE CUL !— TIENS, SALE CHIENNE ! Ta quatrième dose de foutre de la soirée pour ton cul de vierge !Nous nous écoulons tous les deux sur le canapé. Il nous faut un long moment avant de retrouver nos esprits.Notre débauche est finie pour ce soir. Nous montons nous coucher pour dormir. Pierre partage une fois de plus notre lit, Sophie allongée entre nous deux.Si vous êtes arrivés jusqu’ici, merci de votre lecture.N’hésitez pas à voter.Tous les commentaires sont les bienvenus, les bons comme les mauvais.

Ben Esra telefonda seni boţaltmamý ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *